Article datant de 2012

 

Par Tibe

Click to read in english

Versus, opposition, affrontement, tête à tête (derrière le cyprès)... Le jeu vidéo dès ses balbutiements, s'orchestrait autour d'un match entre joueurs: Spacewar mettait deux humains aux commandes de vaisseaux dont le gagnant était l'unique survivant, et plus tard Pong faisait à nouveau s'affronter deux rivaux autour d'une balle. Peu à peu les hardwares devinrent plus performants, et un seul joueur pouvait jouer contre une intelligence artificielle. Ce n'est que quelques années plus tard qu'apparût le Versus Fighting proprement dit: un jeu de combat singulier, avec ou sans armes. Précédemment sur Neogeokult, l'article sur les Shoot them Up nous a montré à quel point ce genre vidéo-ludique fût à l'origine même du jeu vidéo (en 1962) et devint un standard extrêmement populaire; le dossier sur les Beat them Up d'autre part, nous a appris que ce dernier dût attendre les années 80 pour éclore. Le VS Fighting lui, connût sa toute première ébauche en 1976. Nous allons au cours de cet article passer en revue l'histoire de ce style de jeu vidéo, de ces temps reculés à nos jours... Mais une fois n'est pas coutume, voici un petit casse-dalle pour les historiens du JV:

 

LISTE INTEGRALE DES VERSUS FIGHTING GAMES 2D!

 

Précisons que cette liste regroupe les Versus Fighting Games architecturés autour d'un gameplay 2d. Dans cet article, nous parlerons aussi de ceux en 3d tels que Pitfighter ou Virtua Fighter; cette liste s'inscrit dans un esprit Retro-Gaming, visant à regrouper ce qu'une poignée d'irréductibles nomme les 'vrais VS Fighting', à savoir ceux en 2d!

Nous avons ici affaire à un genre qui s'est beaucoup cherché avant d'avoir de vrais standards, et de nombreux éditeurs ont amené leur pierre à l'édifice -même si une poignée d'entre eux marqueront l'histoire. Nous allons nous intéresser de plus près aux titres ayant marqué leur temps et aux séries les plus emblématiques de jeux de combat; en effet, les tentatives de ce type de soft furent légion au cours des 35 dernières années, et autant dire qu'il y a eu du déchet, forcément... Montez à bord de la machine à remonter le temps avec nous, direction les années 70... C'est parti!

BALBUTIEMENTS (1976-1984)

Après avoir vu s'affronter des vaisseaux, des fantômes contre des boules jaunes, des canons contre des aliens, et bien d'autres créatures exotiques, il manquait cruellement au jeu vidéo de proposer deux bons vieux humanoïdes se foutant sur la gueule. A vrai dire, il fallait au préalable que cela puisse être retranscrit convenablement à l'écran et donc, que les machines en soient capables sans que le résultat ressemble à une bouillie de pixels. Ok, certains font encore de superbes bouillies de pixels de nos jours, c'est vrai. Sega est le premier éditeur à sortir un jeu de VS Fighting en 1976: Heavyweight Champ est un jeu de boxe commercialisé en arcade sur borne dédiée. Le soft met en scène deux boxeurs sur un ring et propose aux joueurs des contrôleurs de jeu spéciaux. HC est en noir et blanc, mais propose des personnages de bonne taille, avec un décompte de points et plusieurs coups différents. L'ensemble reste très rudimentaire et mis à part deux types en train de se flanquer des baignes, il n'a pas grand chose en commun avec un jeu de VS Fighting 'moderne' tel qu'on se l'imagine. C'est néanmoins le premier ancêtre de défouloir vidéo-ludique et si Sega ne ré-invente clairement pas la poudre avec son titre, il n'en reste pas moins le vrai pionnier du genre, bien plus sur le fond que sur la forme.

Heavyweight Champ, le premier 'VS Fighting' par Sega en 1976.
Heavyweight Champ, le premier 'VS Fighting' par Sega en 1976.

Le second jeu de Versus de l'histoire voit le jour trois ans plus tard (1979). C'est Warrior de la société Vectorbeam, conçu à base de graphismes vectoriels (des traits sur un fond noir, façon Vectrex) mettant en scène deux guerriers armés d'épées vus de dessus. Un angle de vue aérien original combiné à des déplacements latéraux... Une variante au jeu de Sega qui explore un gameplay différent, somme toute encore très, très balbutiant.

Warrior - 1979 - Vectorbeam
Warrior - 1979 - Vectorbeam

Les sports de combats les plus en vogue au début des années 80 sont le Kung-Fu, le Karaté et bien évidemment la Boxe Anglaise. Sport majeur aux Etats-Unis et globalement dans le monde occidental à cette période, il est peu étonnant de voir débarquer Boxing d' Activision en 1980 sur Atari 2600, puis Boxing (!) cette fois sur Mattel Intellevision en 1981. Le premier utilise une vue de dessus, le second une vue latérale. Si le jeu Atari est très rudimentaire et n'apporte rien de neuf, le jeu Mattel inclut plusieurs coups de poing différents, des knockdown et même des K.O! Quelques belles innovations sur la console Intellevision donc, malgré une réalisation encore rudimentaire dues aux limitations des consoles 8 bits de l'époque.

Boxing sur Atari 2600 (Activision), et Boxing sur Mattel Intellevision (Mattel).
Boxing sur Atari 2600 (Activision), et Boxing sur Mattel Intellevision (Mattel).

D'autres jeux de boxe verront le jour dans la foulée de ces précurseurs, comme par exemple Rocky sur CBS Colecovision. Les protagonistes peuvent se déplacer en profondeur, induisant un gameplay sensiblement éloigné du VS Fighting en tant que tel, à mi-chemin entre jeu d'arcade et simulation de boxe - toute proportions gardées. La plupart des softs mettant en scène le noble art qui verront le jour à par la suite, proposeront des déplacements dans un environnement en trois dimensions. Le jeu de combat prend plusieurs voies différentes, mais le genre tel que nous l'étudions ici s'éloigne sensiblement de ces jeux là, de même que les populaires jeux de catch qui sortiront vers la fin des années 80. Alors que le Shoot them Up s'impose comme le genre vidéo-ludique en vogue à cette période, le VS Fighting poursuit une traversée du désert assez dramatique! Non seulement les titres publiés ne cassent pas des briques, mais ils sont rares et clairsemés! Quatre titres seulement sont sortis entre 1976 et 1982, et c'est justement cette année que sort le cinquième: Swashbuckler! Ce dernier tourne sur Apple II et met en scène un épéiste face à des ennemis successifs et parfois multiples, et ce n'est vraiment pas folichon...

Swashbuckler - 1982 - Datamost
Swashbuckler - 1982 - Datamost

A part deux jeux totalement anodins l'année suivante, il faut attendre 1984 pour voir enfin un premier soft sortir du lot: Karate Champ. C'est la firme Data East - bien connue des possesseurs de Neo Geo - qui s'y colle. Celui-ci met en scène des karatékas et offre pour la première fois une panoplie de mouvements assez vaste et une vraie ambiance martiale. Chaque coup porté provoque un knockdown et fait marquer un point, les combats se remportant sur décision. Pas encore de garde ni de barre de vie, mais un gameplay un poil approfondi qui fait bien évoluer les bases.

Karate Champ - 1984 - Data East
Karate Champ - 1984 - Data East

La NES accueille cette même année Urban Champion. Le jeu fait penser à un vrai jeu de Versus Fighting (non non, ce n'est pas péjoratif!). Les combattants se ressemblent tous (des plombiers moustachus) et au programme, deux coups de poing différents et quatre niveaux. Rudimentaire certes, mais possédant des bases typiques du genre, et finalement parmi ce qui se fait de mieux en 1984, c'est à dire pas bien terrible!

L'ERE PRIMAIRE (1985-1990)

1985 marque un tournant dans l'histoire, car le premier millésime offrant une relative créativité: six VS Fighting Games voient le jour, alors que les années précédentes on n'avait droit qu'à une ou deux nouveautés plutôt fades, voire rien. Le Commodore 64 est la bécane la plus gâtée avec de bons titres comme Fighting Warrior ou Chop Suey. The Way of the Exploding Fist s'avère même le titre le plus remarquable de la bécane, reprenant en profondeur Karate Champ, avec quelques améliorations substantielles. Mais un jeu sort particulièrement du lot et donne une nouvelle dimension au genre: il s'agit de Yie Ar Kung Fu de Konami. Ce nom ne dira sans doute rien aux plus jeunes, mais tout amateur de salles d'arcades, ou possesseur de micro-ordinateur à cette époque, a passé des heures sur ce fabuleux soft. Konami est alors une firme peu connue qui comme on le sait, marquera l'histoire par la suite, davantage grâce à ses jeux d'action ou ses shoots qu'avec ses jeux de combat. L'éditeur reste toutefois l'un des pères fondateurs du Versus Fighting avec ce titre. Yie Ar Kung Fu c'est l'ancêtre du genre tel que nous le connaissons aujourd'hui. Barres de vie, sauts, coups variés, impacts marqués, combattants nombreux et divers aux techniques différentes... Progresser dans le jeu était une gageure et un plaisir: celui d'améliorer sa technique de combat et de découvrir de nouveaux adversaires (onze au total!).

L'éditeur sort la même année Galactic Warriors. Le jeu propose un gameplay sensiblement différent de YAKF et met en scène des robots de combat dans un univers futuriste. Pour la première fois, on a le choix entre trois guerriers différents: c'est le premier 'roster' de l'histoire! Il s'agit là de la principale innovation du titre, qui s'avère très raide, propose une panoplie de coups restreinte (3) et peu intuitive... mais comporte une seconde nouveauté intéressante: il est possible de bloquer les coups! Si le premier VS Fighting de Konami a séduit les joueurs avec ses graphismes mignons, ses coups et ennemis variés et son dynamisme, Galactic Warriors s'avère peu jouable et bien moins séduisant, mais a le mérite d'intégrer pour la première fois dans un VS Fighting le choix entre plusieurs personnages et le block. En parallèle, Data East met la touche finale à Shangai Kid, un véritable clone du hit de Konami: celui-ci est assez réussi au niveau de sa réalisation et de son ambiance, et malgré une maniabilité peu aboutie et une difficulté surhumaine, le jeu est le premier à intégrer des combos dans son gameplay.

Galactic Warriors de Konami innove en incluant le choix du guerrier et la garde.
Galactic Warriors de Konami innove en incluant le choix du guerrier et la garde.
Shangaï Kid de Data East, le premier jeu incluant des combos et des coups spéciaux!
Shangaï Kid de Data East, le premier jeu incluant des combos et des coups spéciaux!

Konami et Data East ouvrent donc la brèche, et ce sont les deux précurseurs qui montrent la voie à la concurrence. Autant dire que l'année suivante, les bons titres déboulent. International Karate et Exploding Fist + (la suite de WOSEF) reprennent les patterns de Karate Champ en y ajoutant plus de fluidité, une meilleure réalisation et davantage de dynamisme, sans compter la possibilité de jouer à trois pour EF+. Les deux softs sont très jouables et s'il n'y a toujours pas de garde ni de barre de vie, les coups sont relativement variés et les décors aussi, ce qui se révèle bien agréable. Yie Ar Kung Fu II voit le jour également en 1986, ajoutant quelques éléments -peu pertinents- à son aîné: ennemis supplémentaires et bonus dans les stages, nouveaux décors, projectiles plus nombreux... La nouveauté la plus intéressante restant la possibilité de jouer à deux simultanément, absente du premier opus.

The Way of Exploding Fist / International Karate
The Way of Exploding Fist / International Karate
Bannière bouton
Bannière bouton
Bannière bouton