Reviewed in 2011 by Tibe

C'EST PAS BEAU DE COPIER, COQUIN!

par Tibe

Click here to read in english

C'est en 1996 que Visco sort son tout premier jeu de versus fighting: Breakers. Et l'éditeur choisit assez logiquement la Neo Geo comme support pour son titre, sous la forme d'une bien belle cartouche de 210 Mb: ça s'annonce sympathique! Après une introduction jolie et très dynamique, on s'assoit confortablement en attendant un bon petit jeu de baston bien speed renfermant quelques bonnes surprises... et on ne va pas être déçus! La toute première fois qu'on joue à Breakers, on ne peut s'empêcher de rire des trop nombreuses similitudes avec le célèbre Street Fighter II. Visco a visiblement honteusement pompé le hit de Capcom, ne serait-ce qu'au niveau des coups spéciaux des divers personnages. Cela va du Hurricane Kick de Chun Li, aux boules de feu de Ryu, en passant par le Dragon Punch de Ken, les prises de Zangief, les flammes de Dhalsim, la torche enflammée de Vega ... Sans parler du look et des postures des personnages!

Non, ceci n'est pas Ryu faisant un Hurricane Kick sur Blanka.
Non, ceci n'est pas Ryu faisant un Hurricane Kick sur Blanka.

Et là, on atteint des sommets! Alsion III a les membres qui s'allongent, ça vous rappelle quelqu'un? Rila est clairement une version 'femelle' de Blanka, avec une bonne tête de gueunon et une silhouette trapue; Dao-Long a le physique de Fei-Long et l'intégralité des coups spéciaux de Guile... il y a aussi Tia, qui doit probablement être une cousine éloignée de Chun Li. Bref, on est dans le plagiat le plus assumé du monde, le côté kitsch de la chose étant renforcé par le fait que le jeu soit sorti cinq ans après, et que certains personnages soient totalement ridicules (Pielle, si tu m'entends...). Si on voulait être sévère avec Breakers, on dirait qu'il n'a rien inventé du tout, que sa réalisation est à peine acceptable pour un jeu de 1996 sur Neo Geo, et que le roster de seulement huit personnages est une honte. Mais à Neo Geo Kult, on laisse sa chance au produit! Et après quelques heures à y jouer, il faut bien reconnaître qu'au-delà de son manque apparent d'originalité, on s'amuse beaucoup lorsqu'on joue au titre de Visco. Les coups sortent bien, la maniabilité est agréable, les combos nombreux.

Pour progresser dans Breakers, il faut maîtriser les combos.
Pour progresser dans Breakers, il faut maîtriser les combos.

De plus, on s'aperçoit qu'au final, les effets visuels ne sont pas mauvais du tout (on en prend carrément plein la poire), que l'animation est fluide et rapide, les graphismes des décors tout à fait corrects... Et surtout, que les matchs sont sacrément prenants! Il convient de saluer la performance, pour un éditeur dont c'est le premier soft du genre. Pour parler brièvement des défauts de Breakers, je commencerais par le manque de charisme des personnages (certains sont carrément ridicules) mais c'est aussi ce qui fait leur charme, donc difficile d'être vraiment critique là-dessus. On peut également parler des musiques, asspour la plupart insipides et répétitives. En fait, c'est un véritable plagiat de Richard Clayderman à ce niveau! Le roster est relativement limité, rappelons qu'en 1996, la concurrence c'est The King of Fighters 96 avec vingt-neuf gugusses, Fatal Fury Real Bout Special et ses vingt guerriers, ou encore Street Fighter Zero 2 et ses dix-huit persos. Alors les huit guignols de chez Visco, ça fait un peu juste.

Le trait est un peu simpliste, mais l'atmosphère est bien là!
Le trait est un peu simpliste, mais l'atmosphère est bien là!

Par contre, les personnages ont une belle palette de mouvements, et l'on découvre des combos pratiquement à chaque fois que l'on joue. Et puis c'est vrai qu'au niveau des coups spéciaux, chaque protagoniste dispose tout de même de quatre ou cinq d'entre eux au minimum (Condor par exemple a sept ou huit prises différentes), ce qui rattrape le roster un peu léger. Ca bouge vite, les combats sont dynamiques et on est pris dans le tourbillon de l'action dès les premières secondes. Les matchs entre amis sont d'une rare intensité, testez, vous verrez! En tout cas, l'essentiel est là: le Fun, avec un grand "F". On pourra faire tous les reproches du monde à Breakers, n'empêche que ce jeu est une source d'émulation et de rigolade comme on en voit rarement. Réalisation correcte, progression intéressante, gameplay bien ficelé et prenant... Voici un jeu de baston, qui même s'il ne fait pas partie de l'élite, s'en sort avec les honneurs et mérite sa place dans vos soirées arrosées.


GRAPHISME

79%

C'est joli et coloré, cependant le trait est parfois un peu grossier et certains décors manquent de profondeur. 
ANIMATION 93%
Le dynamisme est l'un des points forts de Breakers, souplesse et vitesse sont les mots d'ordre!
SON 75%
Autant les bruitages sont bons, les musiques, elles, sont répétitives et peu inspirées.
DUREE DE VIE 76%
Il n'y a que huit personnages, complètement pompés sur le roster de Street Fighter II, mais ils sont complets et intéressants à jouer. De plus, le mode Versus a un gros replay value, grâce à son fun!
GAMEPLAY 90%
Amusant et prenant, c'est le point fort du jeu. Même s'il est peu original, Breakers est attachant, et excellent en versus!

NEOGEOKULT

RATE

83%
Un jeu de baston qui copie éhontément SFII, mais s'en sort avec les honneurs, avec une certaine personnalité, une réalisation décente et un fun exceptionnel!

RAPPORT QUALITE/PRIX

500 euros, c'est cher! Pour un jeu certes très fun, mais au roster limité et n'ayant que peu d'intérêt par rapport aux poids lourds de la Neo Geo. Breakers à 500€, Kof 98 à 80€, le choix est vite fait...

Bannière bouton
Bannière bouton