Reviewed in 2011 by Tibe

ALIEN, CA VOUS DIT QUELQUE CHOSE?

par Tibe

Click here to read in english

Cyber Lip, c'était un de ces jeux qu'on voyait en photo dans les magazines en 1990, et sur lesquels on bavait sans modération... En nous consolant avec nos pauvres Amstrads CPC 6128, nos Megadrives et autres NES... La Neo Geo s''annonçait comme une bête féroce dévoreuse de sprites, et les différents screens qui nous furent donné de voir dans la presse spécialisée alimentaient le rêve. Oh bien entendu, les journalistes - comme nous - en ont pris plein la vue, et furent apparemment très impressionnés par les premiers titres de la machine. Le plus encensé de tous reste probablement Magician Lord, celui qui a le mieux vieilli aujourd'hui. Mais objectivement, même à l'époque, certains jeux étaient loin d'être parfaits. Cyber Lip n'était ni le plus joli, ni le plus long, mais proposait un mode deux joueurs, une action soutenue et des Boss immenses! De quoi mettre l'eau à la bouche à n'importe quel gamin de douze ans. J'ai eu l'occasion d'y jouer une première fois en 1991, et c'est vrai qu'on s'est bien éclatés avec les copains. 

Amateurs de jeu d'arcade "à la Contra", Cyber Lip vous ravira!
Amateurs de jeu d'arcade "à la Contra", Cyber Lip vous ravira!

Dans les mémoires de ceux qui ont eu la chance de jouer à Cyber Lip lors de sa sortie, reste sûrement le souvenir d'un jeu très impressionnant à l'époque, avec ses gigantesques créatures aussi énormes que glauques, ses digits vocales superbes distillées à foison et son action intense. Sans compter le petits détails, comme le fait de pouvoir s'accrocher au éléments du décor, les armes variées, les différents passages... une bombe, j'te dis. Un ami m'avait très gentiment prêté sa cartouche de CL le temps d'une après midi... et croyez-moi, ce fût entièrement suffisant pour le finir trois ou quatre fois entre quelques verres de Tang. Car le jeu est n'est pas très long, et les continus infinis... pas bien difficile donc d'en venir à bout! C'est au joueur lui-même de se limiter et de tenter le one-credit-clear, challenge bien plus honorable et intéressant. Graphiquement, c'est joli et varié, mais loin d'être le plus beau jeu Neo Geo, même à l'époque. L'animation est de bonne facture, les ennemis se décomposant dans un amas de ferraille et d'explosions du plus bel effet. Par contre, nos deux héros ont une démarche peu fluide.

Ce Boss n'est pas dur à battre, mais le voir impressionne toujours!
Ce Boss n'est pas dur à battre, mais le voir impressionne toujours!

La bande son est sympa, avec des digits vocales par dizaines, et les thèmes musicaux pas mauvais du tout. Les bruitages qui à l'époque passaient pour banals, sonnent bien creux désormais. Et oui, on a vu beaucoup mieux depuis! Si l'on peut concéder à la réalisation qu'elle était au-dessus de la moyenne à l'époque, on voit avec le recul que ce n'était pas pour autant transcendant. Le système d'armes est complet,  avec ses six tirs différents, boucliers de protection ainsi que la possibilité de choisir son arme à tout moment avec C. A déclenche le  tir, B le saut. Les personnages peuvent sauter plus haut (haut+B) et aussi se suspendre à certains plafonds des niveaux... Quelques zones un peu 'plate-forme' agrémentent avantageusement l'action, mais la plupart du temps, il vous sera nécessaire de canarder avec véhémence tout ce qui bouge. Les boss sont un des points forts du jeu. Beaux, gras, bien dégueulasses... Un pur régal. On se croirait parfois dans Alien, ce qui n'est pas une désagréable sensation.

L'atmosphère "martienne" est réussie, c'est l'un des point forts du jeu.
L'atmosphère "martienne" est réussie, c'est l'un des point forts du jeu.

Au cours de certains stages, deux chemins vous seront proposés au détour d'ascenceurs. Ne vous trompez pas de direction... sinon, vous risquez de devoir traverser quelques passages très délicats!  Nos héros devront mener à bien sept missions au total, dans lesquelles les crédits infinis ne seront pas toujours du luxe - et tueront accessoirement aussi la durée de vie. Ok, on s'amuse bien d'un bout à l'autre de Cyber Lip... mais c'est un peu raide, les collisions ne sont pas d'une grande précision...  le jeu est loin d'être parfait, mais lors de sa sortie, il était le seul et unique Run'n'Gun disponible sur la console. En attendant Metal Slug, six ans plus tard. A l'instar de Ninja Combat, Cyber Lip fait partie des tout premiers softs de la Neo Geo, qui ont eu leur heure de gloire, mais dont la réalisation vieillissante ne parvient plus à cacher les défauts. La principale faiblesse de celui-ci étant sa faible durée de vie, un gameplay - certes sympa - loin de faire se relever la nuit pour y jouer, ainsi qu'une réalisation somme toute pas vraiment flamboyante. CL est un titre sympathique, sans plus, qui a juste le bon goût des vieux biscuits de mamie, pour peu qu'on les apprécie.


GRAPHISME

74%

Loin d'être une référence sur la console, Cyber Lip était dans la moyenne de ce qui se faisait sur Neo Geo en 1990.
ANIMATION 70%
Les personnages principaux auraient gagné a avoir une démarche moins raide. Pour les ennemis, explosions, scrollings, c'est de bon niveau.
SON 77%
Bourré de digits vocales d'excellente qualité, Cyber Lip en impose. Des musiques assez bonnes -bien que discrètes- accompagnent l'action. Dommage que les bruitages soient inégaux: on va du très bon au carrément mauvais!
DUREE DE VIE 59%
CL se finit très vite... Et même si une partie a deux de temps en temps est agréable, on n'y revient que rarement.
GAMEPLAY 69%
C'est fun et l'on se prend bien vite à l'action. Le système d'armes variés et l'action soutenue accrochent le joueur, mais la maniabilité est un peu raide, et simpliste.

NEOGEOKULT

RATE

68%
Cyber Lip, qui fut l'un des premiers jeux Neo Geo, offre un divertissement prenant mais un peu limité.

RAPPORT QUALITE/PRIX

La côte de Cyber Lip ne fait que monter. Plus de 90 euros pour un exemplaire, dans sa version la moins rare. Autant dire que ça ne vaut vraiment pas le coup... à moins d'être nostalgique ou collectionneur, bien entendu!

Bannière bouton
Bannière bouton