Reviewed in 2012 by Tibe

KING OF THE CRISE DE NERFS

par Tibe

Click here to read in english

En 1991 sortait sur Neo Geo King of the Monsters, un amusant jeu de catch s'inspirant de Rampage d'Atari... mais la comparaison s'arrêtait là! Le jeu de SNK proposait une vue de 3/4 haut mettant en scène des villes japonaises comme Tokyo, Osaka, Nagasaki. Ces mégapoles devenaient alors le théatre de combats de catch entre monstres géants! Un principe fun et original, qui avait connu un certain succès. Avec cette suite - King of the Monsters 2 - l'éditeur a sensiblement changé les règles du jeu. D'un VS fighting/jeu de catch, on passe à un ersatz de Beat them Up, puisqu'il faut ici traverser des niveaux (ou pas) afin d'affronter des Boss à la fin de ceux-ci. Des six monstres présents dans le premier épisode, seulement trois ont survécu: il s'agit d'Astro Guy, Geon et Woo. Mais ces derniers ont évolué en Atomic Guy, Super Geon et Cyber Woo! L'histoire prend place trois années plus tard: les extraterrestres envahissent la Terre, et nos colosses vont devoir leur botter les fesses (ou peut-être se les faire botter) tout autour du monde. 

Appréciez les corps à corps que vous remportez... Ca ne va pas durer!
Appréciez les corps à corps que vous remportez... Ca ne va pas durer!

Amérique, France, Océan, Désert... Il va s'agir de lutter contre les forces armées 'humaines' qui au lieu de tirer sur l'envahisseur vous prendront pour cible, mais aussi contre quelques créatures ennemies mineures et bien entendu les infâmes Boss. La réalisation, qui était déjà loin d'être mauvaise, s'est améliorée depuis le premier opus: les graphismes sont encore plus colorés, fins et variés. Les villes sont magnifiquement dessinées avec un grand soin du détail, et les différents monstres ont de la gueule! Très agréable à l'oeil, KOTM2 est aussi bien animé et dynamique. La bande son se montre discrète et moins réussie que dans le premier, mais ce n'est qu'un détail... Car le jeu souffre d'autres défauts qui s'avèreront clairement rédhibitoires pour la plupart des joueurs, comme nous allons le voir dans la suite de ce test. Les commandes ont un peu changé, mais le combat s'est considérablement simplifié: poing, pied, saut. Il n'est plus possible de courir et il n'existe qu'un seul coup sauté, alors que chaque monstre dispose seulement de deux prises au corps à corps. Enfin, maintenir A ou B charge deux attaques spéciales différentes qui évoluent en fonction de votre niveau. 

Beaux graphismes, traits fins et couleurs chatoyantes: pas mal!
Beaux graphismes, traits fins et couleurs chatoyantes: pas mal!

Une maniabilité bien plus 'Beat them Up' que 'Catch', à la marge de manoeuvre bien mince... Les power-up à ramasser au cours des stages font évoluer nos héros sur deux niveaux; il est également possible de récupérer un peu de santé en détruisant les bâtiments. D'ailleurs, nos monstres peuvent se saisir de ces constructions mais également de véhicules, pour les lancer sur les créatures adverses... mais on peut également décider de les détruire, tout simplement! KOTM2 se joue seul, à deux l'un contre l'autre, ou à deux contre la machine: sympa! De plus, le jeu est ponctué de bonus stages assez réussis, ce qui ne gâche rien. Alors, on se demande où se situe donc la faiblesse de King of the Monsters 2? C'est tout simplement le gameplay qui tue tout l'intérêt du jeu. Avec un principe ultra limité, des niveaux courts se résumant au mieux à une dizaine d'ennemis sur quelques écrans, suivis d' un long et pénible combat contre un Boss, pas de quoi enthousiasmer les foules. De plus, il n'y a plus que trois persos sélectionnables... Mais avec un système de jeu au poil il y aurait largement de quoi s'éclater! Justement, parlons-en!

Ce Boss improbable viendra à bout de vos derniers neurones.
Ce Boss improbable viendra à bout de vos derniers neurones.

Les affrontements contre la machine tournent invariablement à l'humiliation. Les corps à corps se résument à des priorités aléatoires qui tournent de plus en plus rarement en votre faveur. Frustrant certes, surtout si j'ajoute que les combats sont déséquilibrés: vos adversaires sont plus résistants que vous, plus rapides, plus puissants, dotés d'attaques à distances et de réflexes à la milliseconde, ainsi que de la possibilité de bloquer les coups... alors que vous ne pouvez pas! Ce King of the Monsters 2 est un peut-être un beau jeu, mais il s'avère diaboliquement chiant. Je ne vous parle même pas des parties à deux, littéralement sans intérêt au vu des coups ultra-limités. La difficulté y est insurmontable et il n'y a aucun plaisir qui s'en dégage, tant le gameplay est mal réglé et simpliste. Davantage de combattants sélectionnables, un vrai système de combat et de vrais niveaux à franchir auraient été les bienvenus! A mi-chemin entre VS fighting et Beat them Up, KOTM2 rejoint le cimetière des mauvais jeux qui n'ont pas su choisir leur camp... Préférez-lui le premier épisode, qui sans être une référence, est largement plus fun!


GRAPHISME

90%

Les graphismes des villes en 3/4 sont détaillés, colorés et particulièrement beaux; les monstres sont grands, originaux et superbement dessinés.
ANIMATION 82%
Pratiquement tout est destructible et les explosions, feux, et projectiles sont bien réalisés. L'animation des protagonistes propre et l'on ne note aucun ralentissement!
SON 73%
De qualité mais relativement discrète, la bande son s'inscrit bien dans le style 'film catastrophe' et les bruitages font le boulot, sans plus.
DUREE DE VIE 50%
Seulement trois monstres sélectionnables, sept stages très très limités, bien rébarbatifs, et un jeu à deux peu passionnant... 
GAMEPLAY 38%
L'amusement des premières secondes tourne invariablement à la correction malsaine, avec un système de combat hyper limité et inintéressant.

NEOGEOKULT

RATE

49%
Une suite bien moins bonne que King of the Monsters, dotée d'une jolie réalisation mais d'un gameplay et d'une difficulté atroces. Un cauchemar!

RAPPORT QUALITE/PRIX

Le jeu n'est pas cher, mais sincèrement même pour une cinquantaine d'euros ça ne vaut pas le coup... à réserver aux collectionneurs ou amateurs de kitsch!

Bannière bouton
Bannière bouton