Reviewed in 2012 by Tibe

MADE IN KOREA

par Tibe

Click here to read in english

Pour ce cinquième épisode de Metal Slug, SNK Playmore a confié le développement à une société coréenne, Mega Enterprise. Le dernier épisode, Metal Slug 3, sorti en 2000, avait mis la barre très haut avec sa réalisation, son gameplay et sa durée de vie au top. Le dernier jeu de SNK était lourd de 708 mégas et cela se sentait bien. Et la première (mauvaise) surprise avec Metal Slug 4, c'est qu'on est redescendu d'un cran: 553 megs seulement! Mega n'aime pas quand il y a trop de mégas? C'est surprenant mais bon, après tout, ce n'est pas la taille qui compte. Au chapitre des nouveautés, deux nouveaux personnages font leur apparition: Nadia et Trevor. Exit Tarma l'abruti et Eri, seuls Fio et l'inébranlable Marco sont de la partie. Concernant les armes, le Double Heavy Machine Gun fait son apparition: avec deux HMG dans les mains, ça déménage! Seul gros bémol, celui-ci ne tire pas en diagonale. On note la disparition pure et simple des versions surpuissantes des armes (apparues dans Metal Slug X), et c'est bien dommage. 

Le Double Machine Gun est efficace mais ne tire pas en diagonale.
Le Double Machine Gun est efficace mais ne tire pas en diagonale.

Côté véhicules, seul le traditionnel Metal Slug est conservé, et quatre nouveaux font leur apparition: on peut piloter le Bradley, qui est le lance-missile ennemi; le Walk-Machine est un loup mécanique qui remplace le Camel Slug; le Metal Claw est un gros blindé qui peut pousser les ennemis... et enfin, vous serez amenés à conduire un chariot élévateur, tel un manutentionnaire un peu caractériel! Ce qui frappe le plus lorsqu'on joue à Metal Slug 4, ce sont les graphismes. Je n'exagère absolument pas en vous disant que 95% des décors et ennemis du jeu sont pompés de précédents épisodes de Metal Slug. Et ça, c'est bien triste! A la limite, Metal Slux X par rapport à Metal Slug 2 apportait davantage de changements, c'est dire! On reconnaît bien entendu les soldats de Metal Slug, mais aussi les zombies du 3, les moudjahidin du 2, les chars, avions, tourelles, bunkers, caisses... rien ne surprend ici, c'est du déjà-vu de A à Z. Le plus flagrant reste bien entendu les décors, qui ont été ripés par-ci par-là dans tous les épisodes et ré-assemblés un peu à l'arrache. C'est vraiment moyen comme procédé! 

Un système de combo fait son apparition dans MS4.
Un système de combo fait son apparition dans MS4.

Les nouveaux visuels comme certaines routes, la partie dans la neige ou quelques rares passages 'originaux', ne sont pas toujours réussis et présentent même quelques perspectives inhabituelles dans Metal Slug. On comprend mieux pourquoi les graphistes ont choisi d'en faire le moins possible. L'animation n'a pas à rougir, c'est du MS comme on en a l'habitude. Seules les animations des nouveaux Boss ou des rares nouveaux ennemis sont un peu en-deçà, mais l'ensemble reste de bon niveau, alors que les ralentissements sont quasi-inexistants. La bande son - comme tout le reste du jeu - pille allègrement la base de données SNK, et s'avère donc de très bonne qualité au niveau des bruitages. Les nouveaux effets sonores sont nettement inférieurs et quant aux musiques, il s'agit là du seul et unique travail original de Mega. Malheureusement, il faut bien dire que c'est assez médiocre, pour ne pas dire mauvais. Les compositions sont peu inspirées et répétitives; seules les mélodies des stages cinq et six sont un peu meilleures, mais on reste bien loin des entraînants thèmes des premiers épisodes. On n'a donc pas affaire à un opus surprenant ni novateur avec ce Metal Slug 4. 

Les Boss sont gros et déjantés, comme souvent dans la saga!
Les Boss sont gros et déjantés, comme souvent dans la saga!

La durée de vie est correcte, avec six stages relativement longs et une difficulté élevée. Parlons-en d'ailleurs, de cette difficulté! Dans Metal Slug 3, elle était progressive et logique: on se retrouvait face à un grand nombre d'ennemis, parfois des blindés et des soldats combinant leurs efforts, dans des configurations délicates mais toujours avec des portes de sortie et une logique de jeu. Ici, le soft vous prend en traître à de très nombreuses reprises, usant de stratégies de fourbe et d'attaques concentrées ne laissant aucune chance de survie. L'envie de progresser s'en trouve amoindrie et le plaisir de jeu bafoué. Ce qui faisait la force des anciens MS n'est plus ici qu'un lointain souvenir, et la majorité des joueurs n'y reviendra que rarement. Reste que le gameplay est toujours celui de nos bons vieux Metal Slug, avec ses petites animations, ses véhicules, quelques passages fun et des Boss imposants. La réalisation est décevante et ne réserve aucune bonne surprise au joueur en attente de nouveauté et de grand spectacle. Vous l'aurez compris, nous avons affaire à un Metal Slug 4 bien fade - surtout face à ses aînés - qui ne doit son salut qu'à des bases solides, récupérées ici sans la moindre imagination.


GRAPHISME

79%

Metal Slug 4 se compose de petits bouts d'anciens épisodes. Les nouveautés graphiques sont peu nombreuses et les perspectives parfois hasardeuses...
ANIMATION 90%
C'est un cran en dessous des autres jeux de la saga, néanmoins les ralentissements sont assez rares.
SON 82%
Les bruitages, à l'instar des graphismes, sont tous issus d'autres jeux Metal Slug, seules les très moyennes musiques sont nouvelles.
DUREE DE VIE 86%
Six stages et une durée de vie honnête, bien que le jeu soit plus court que MS3. On y revient moins volontiers une fois terminé, tant certains passages sont rébarbatifs.
GAMEPLAY 83%
La difficulté est mal dosée et le plaisir de jeu s'en ressent. L'action est fade, et malgré les bases solides le gameplay n'est pas à la hauteur de l'illustre saga.

NEOGEOKULT

RATE

84%
Un ersatz de Metal Slug, qui n'est clairement pas au niveau de ses aînés, mais sauve les meubles grâce à son pedigree.

RAPPORT QUALITE/PRIX

C'est le Metal Slug le plus abordable (250 euros environ) mais c'est également le moins bon sur Neo Geo. Mieux vaut lui préférer le 3, un peu plus cher... mais tellement meilleur!

Bannière bouton
Bannière bouton