Reviewed in 2011 by Tibe

ALL RIGHT, I'LL BEAT YOU!

par Tibe

Click here to read in english

Ayant déboulé en 1990 avec la toute première vague de jeux sur Neo Geo, Riding Hero fut le premier... et dernier jeu de moto sur la console. Pas vraiment un titre attendu, car si sa réalisation était jolie en son temps, elle n'enflammait pas non plus les foules, contrairement à Magician Lord, Cyber Lip ou encore Top Player's Golf. Le jeu rappelle Super Hang-On de Sega, mais dans Riding Hero il y a un story mode: et celà en fait un des rare "RPG" - si l'on peut le nommer ainsi - de la Neo Geo. Je me souviens avoir été enthousiasmé par ce soft quand j'étais gamin. L'aventure était particulièrement prenante, l'atmosphere des courses de moto de rue, le challenge, l'argent qu'il fallait amasser pour acheter une meilleure bécane et l'améliorer, battre les adversaires jusqu'à l'affrontement contre le mystérieux Diamond Dave... puis enfin, remporter les huit heures de Suzuka.

En Racing Mode, vous disposez de quatre turbos pour chaque course.
En Racing Mode, vous disposez de quatre turbos pour chaque course.

Pour tout vous dire, je m'étais vraiment régalé. Scotché au jeu pendant plusieurs jours (merci la memory card), je me levais chaque matin en faisant les plans de mes prochains paris, mes prochains gains, dans quel ordre, quelle moto j'allais acheter, etc... Même si les possibilités y sont assez limitées, ce story mode est un vrai plus au jeu, nettement plus intéressant que le mode "circuit", qui se résume à une série de courses avec sept autres coureurs, qui n'auront de cesse de vous renverser en vous percutant par l'arrière. Et c'est là que l'on en vient au gros point faible du jeu. Si vous êtes fan du comique de répétition, vous allez être servis. La première fois que l'on fait une chute dans Riding Hero, on se dit, c'est pas grave, allez vite, faut que je rattrape mon adversaire. Au bout de la dixième chute, on se dit mais merde, et les autres eux, ne tombent jamais de leur moto? Au bout de la centième (et oui, on est un peu con), on comprend que le jeu se fout littéralement de notre gueule!

En plus des motos à la vente, Jones fait aussi du tuning.
En plus des motos à la vente, Jones fait aussi du tuning.

Vos adversaires à moto, s'ils décident de vous doubler et pour ce faire de toucher votre pneu arrière, vous feront partir en vrille, et ostensiblement prendre un poteau ou un arbre sur le bas coté (neuf fois sur dix). Pendant ce temps, celui-ci continuera sa route sans même que son équilibre s'en soit ressenti... Rageant, non? Avec un peu de pratique, on arrive à anticiper ce gros bug de gameplay et à éviter ce genre de déconvenue... Mais d'autres problèmes subsistent. Les véhicules que l'on croise dans les courses sont toujours les mêmes aux mêmes endroits, les pilotes conduisent toujours de la même manière, la moto tourne de manière saccadée, le frein ne sert à rien (bon, comme très souvent dans les jeux de course d'arcade)... Vous l'aurez compris, ce n'est pas vraiment une sinécure que de jouer à Riding Hero. Super Hang On faisait bien mieux niveau fun... Et si les graphismes sont plutôt jolis concernant les décors et personnages du story mode, les pistes, voitures et motos sont à peine dignes d'une Megadrive, et ne sont pas extraordinairement animées. Même les bruits de moteur ne sont franchement pas extraordinaires. Mais où sont passés les 46 mégas alors?

Sur route ouverte, attention aux conducteurs du dimanche!
Sur route ouverte, attention aux conducteurs du dimanche!

Il y a peu de digits vocales, les bruitages sont plus que moyens, et seuls ceux d'ambiance dans les divers lieux de la ville relèvent un peu le niveau. Les musiques sont par contre réussies avec des thèmes plutôt accrocheurs. Globalement tout est moyen, y compris l'animation qui n'a pas été très travaillée: les capacités de la Neo Geo concernant les zooms sont restées au garage, et les étapes d'animation des différents véhicules, mais surtout de NOTRE moto, se comptent sur les doigts de la main. Scandaleux, sur la Rolls des consoles! C'est bien dommage, car cette idée de RPG dans le monde du street-bike au Japon était vraiment sympa. SNK n'a vraiment pas été bon sur ce coup là: quelques semaines de plus à peaufiner le jeu, plus de play-tests, quelques mégas en plus si besoin aurait changé la donne... Pour l'animation, il n'y avait qu'à s'inspirer de Hang-On, qui était très bon à ce niveau, et se servir des capacités de la Neo Geo... Pourquoi faire moins bien? Cela étant dit, si on lui pardonne sa réalisation médiocre et son gameplay très limité, s'immerger dans le l'aventure peut être assez rigolo... A vous de juger!


GRAPHISME

68%

Les paysages de fonds sont moyens , avec le temps qui change au fil des journées (matin, après midi, nuit). La route et ses abords sont banals, de même que les véhicules... Seuls les lieux du mode story et les personnages ne sont pas trop mal.
ANIMATION 59%
La moto a peu d'étapes d'animation, et l'effet de vitesse est moyen. Les capacités de zooms de la console auraient pu être bien mieux utilisées...
SON 72%
Les bruitages des moteurs et pneus sont tout juste moyens, mais les musiques et bruits d'ambiance relèvent le niveau.
DUREE DE VIE 76%
Un mode story long et assez prenant, une très bonne idée, un peu pénalisée par le gameplay crispant et limité... Dommage!
GAMEPLAY 43%
Les chutes sont imprévisibles et totalement injustes (les adversaires ne tombent jamais, eux!), la moto tourne par à coups... Riding Hero est frustrant et très limité.

NEOGEOKULT

RATE

57%
Un jeu qui aurait pu être génial avec son mode story, mais handicapé par un moteur de jeu et des dynamiques vraiment trop médiocres.

RAPPORT QUALITE/PRIX

Si vous avez envie de tenter son aventure sympa et accrocheuse, alors je vous encourage à jouer à Riding Hero, qui ne coûte qu'une quarantaine d'euros.

Bannière bouton
Bannière bouton