Reviewed in 2012 by Tibe

CRUSH YOUR ENEMIES. . .

par Tibe

Click here to read in english

SNK repart presque de zéro pour ce Samurai Spirits III: la trame, l'ambiance et les personnages sont conservés, mais tout le reste est revu et corrigé. L'intro annonce la couleur: le jeu est dynamique, les musiques toujours 'Made in Japan' pour notre plus grand plaisir, et le character design tout neuf. Plus exubérant, plus 'ample', mais aussi plus mature: voilà le crédo. De nouveaux guerriers font leur apparition: Basara est un revenant armé d'un boomerang plutôt tranchant, Gaira est le petit-fils de Nicotine et constitue le "chopeur" du roster; la soeur de Nakoruru, Rimururu fait son apparition également. Shizumaru est un enfant qui se bat à l'aide d'une ombrelle de combat, et l'immense Zankuro est le Boss de cette édition. Amakusa - Boss du premier opus - rejoint les personnages sélectionnables. Plusieurs guerriers du second volet disparaissent: le roster régresse de dix-sept à douze, mais l'éditeur a prévu pas mal de changements capable de satisfaire les plus sceptiques. Chaque guerrier peut désormais être joué de deux manières différentes: Slash est la voie du guerrier 'honorable', reprenant les panoplies de coups déjà connues par le passé et et les enrichissant.

Pour ce nouvel opus, les graphistes sont repartis de zéro.
Pour ce nouvel opus, les graphistes sont repartis de zéro.

Bust en revanche, est clairement le côté obscur de la Force mettant à disposition des attaques plus roublardes et risquées. On peut également jouer avec trois niveaux de garde différents, selon qu'on soit expert ou novice. Non seulement les personnages disposent d'un éventail de coups élargi à la base, mais il existe maintenant deux voies possibles. Le gameplay a subi de gros changements, avec pour commencer une configuration de boutons laissant bien plus de place à l'arme blanche: A, B et C offrent trois niveaux de puissance avec celle-ci alors que BC déclenche une attaque à mi-hauteur. Le bouton D est conservé pour un coup de pied, avant+C permet de pousser l'adversaire, et AB est utilisé pour esquiver ou contourner l'ennemi. Les dash et backdash sont également de la partie. L'action est un peu plus technique que celle de Samurai Spirits II, il y a également davantage de combos mais moins d'attaques spéciales - il ne reste que les disarm slash - et le jeu a gagné en dynamisme, avec une animation précise et pêchue. Les personnages sont bien équilibrés et la difficulté en solo est élevée, mais pas rebutante. 

Les Desperation Moves sont indiqués au-dessus de la barre de Power.
Les Desperation Moves sont indiqués au-dessus de la barre de Power.

Notons également que le gore des premiers épisodes est ici sublimé: les gerbes de sang sont plus impressionnantes et plus travaillées, alors que les découpes et décapitations bénéficient d'une mise en scène plus crue qu'autrefois (on voit bien les deux parties des corps se séparer et tomber distinctement, ou un adversaire se décomposer pendant un vol plané!). Et bien évidemment, il nous faut aborder la question de la réalisation, puisque tout a radicalement changé...Vous l'aurez remarqué sur les screenshots, SSIII est divinement beau. Les décors au nombre de quatorze sont  originaux et vont du joli au sublime. Le style tranche - si l'on peut dire - totalement avec le passé. Cette fois-ci, tout se passe au Japon, dans des décors naturels la plupart du temps ou des villages désaffectés. Mention spéciale aux stages de Haomaru (les cerisiers en fleurs), Nakoruru et Gaira, qui sont de vrais chef-d'oeuvres. L'ensemble est homogène en qualité concernant les arrière-plans, et il en va de même pour les personnages: les sprites sont grands, finement dessinés et colorés. Le niveau de détail de ceux-ci est monté d'un cran et les effets sur les tissus sont bluffants de réalisme. 

Quelques très beaux effets visuels agrémentent les combats.
Quelques très beaux effets visuels agrémentent les combats.

L'animation n'est pas en reste avec davantage de décomposition et de vitesse qu'avant, ainsi que des zooms toujours aussi précis, rapides et puissants. Notons également que les décors comportent moult détails comme des feuilles qui tombent, des lucioles ou même des effets de lumière surprenants, ainsi que des éléments destructibles tels bambous, boiseries, rochers et autres objets qui se verront gaiement tranchés au cours des combats. Le clou du spectacle reste sans aucun doute la bande son, également remaniée à 100%. La qualité d'échantillonnage est montée d'un cran, et l'on a droit à des voix, bruits de lames, pas, cris et autres bruits d'ambiance particulièrement réalistes. Les musiques sont toutes nouvelles et constituent le clou du spectacle, avec des compositions très inspirées jouées avec de superbes instruments (écoutez donc le morceau à la flûte de Nakoruru). Samurai Spirits III en met plein la vue et les oreilles, et malgré qu'il date de 1995, celui-ci a très peu vieilli tant il est beau. Cet opus n'a rien à envier à ses successeurs, si ce n'est un roster plus copieux, je ne vois pas autre chose!


GRAPHISME

98%

Des sprites redessinés, de nouveaux décors sublimissimes: voici le plus bel épisode de Samurai Spirits.
ANIMATION 95%
Le jeu inclut des zooms plus poussés et des combattants plus grands, aux mouvements un poil plus détaillés que dans SSII.
SON 99%
Les mélodies et bruitages sont d'une qualité exceptionnelle.
DUREE DE VIE 90%
Le roster revu et corrigé perd quelques personnages. En compensation, chaque guerrier possède deux styles de combat: Slash et Bust.
GAMEPLAY 96%
Complété avec esquives, feintes, "deflectors" et autres, le gameplay trouve ici un équilibre très intéressant et modernise complètement la saga.

NEOGEOKULT

RATE

95%
Episode mal-aimé de Samurai Spirits à cause de son roster en baisse, ce troisième épisode mérite toute votre attention: beau, fin, gore, technique... il a tout pour séduire.

RAPPORT QUALITE/PRIX

SSIII coûte entre 50 et 60 euros pour sa version jap: jetez-vous dessus! On le trouve facilement et c'est un superbe volet de la saga, largement sous-estimé.

Bannière bouton
Bannière bouton