Reviewed in 2011 by Tibe

Click here to read in english

La Fin de ce Chapitre

par Tibe (2011)


Samurai Spirits Zero Special est un titre emblématique pour diverses raisons, mais principalement parce qu'il s'agit du tout dernier jeu officiel publié sur la vénérable Neo Geo. C'est aussi le premier épisode incluant des fatalités - appelées Zetsumei Ougi - d'un niveau de violence jamais atteint auparavant dans la série. La sortie de la version AES est enveloppée d'une histoire assez incroyable - mais vraie - qui a abouti à l'existence de deux versions: "fixed" et "unfixed". Le jeu est prévu pour sortir en Septembre 2004. Parallèlement, l'exécution d'un meurtrier est planifiée le même mois, exactement sept jours après la sortie de SSZS. Il s'agit de Mamoru Takuma (!), un concierge vivant à Osaka. Ce dernier a perpétré un massacre qui coûta la vie à huit étudiants trois ans plus tôt. Takuma avait utilisé un sabre pour sa vile besogne, et il fût finalement condamné à être pendu le 14 Septembre 2004 à Osaka. SNK, probablement dans le souci que sa série ne soit pas assimilée à ce drame, décide de censurer son jeu: la violence est édulcorée et les fameuses Zetsumei Ougi sont tout simplement supprimées. 

Les premières réactions ne se sont pas faites attendre longtemps: c'est un véritable tollé, particulièrement palpable via la communauté de joueurs très active du site neo-geo.com, mais également sur beaucoup d'autres forums: l'éditeur finit par proposer un rapatriement des cartouches pour modification. Il est question d'inclure de nouvelles fatalités, moins violentes que les Zetsumei Ougi, mais c'est tout de même mieux que rien. Une immense majorité de joueurs participe à l'opération, et récupère une version 'Fixed' de Samurai Spirits Zero Special. Le temps passe, et c'est en 2008 que l'Universe Bios fait enfin parler d'elle. Cette puce spéciale fonctionnant comme un super action replay, permet d'accéder à énormément de paramètres et de contenu caché dans les jeux Neo Geo. La version 2.3 en particulier, est la première à proposer de 'fixer' les Zetsumei Ougi sur les versions unfixed du jeu en AES. Au final, seuls les possesseurs de celle-ci seront en mesure de jouer avec les fatalités d'origine, telles que SNK les avait programmées! 

Samurai Spirits Zero, l'épisode précédent, montrait quelques belles qualités et des nouveautés, mais s'avérait finalement bien inférieur à Samurai Spirits IV, l'un des meilleurs opus de SNK. Cette version Special inclut les quatre Boss historiques de la saga qui y sont jouables, les Zetsumei Ougi font leur apparition pour contrebalancer les Concentration Attack, et la maniabilité toute neuve du précédent épisode se voit affinée. La liste des mouvements possibles est conséquente: trois niveaux de slash, un seul coup de pied désormais, dash, dash-jump, dash-slash, cancel, deflect, roll, guard-destroy, sword-clash, plus diverses techniques d'esquive et de feinte, le combat à mains nues... la liste est longue, et la technique dans Samurai Spirits - et pas seulement dans ce Zero Special - est bien plus complexe qu'elle n'en a l'air, du moins si l'on vise un certain niveau. Ne comptez cependant pas trop trouver des centaines de combos, les mécanismes de jeu étant davantage basés sur la stratégie et le timing que l’exécution d'enchaînements. Concernant les persos, Yumeji et Sankuro de l'épisode Zero disparaissent, alors que Amakusa, Mizuki, Zankuro et Gaoh sont désormais bien présents. 

La réalisation ne comporte que peu de nouveautés (thèmes musicaux, décors et sprites légèrement retouchés) et reprend les graphismes d'anciens épisodes, de même que pour la bande son. L'ambiance est par contre sacrément gore, avec beaucoup d'hémoglobine et des tranchages fréquents, en plus des fatalités, sanglantes et malsaines à souhait. L'animation du jeu se constitue toujours de puissants zooms, se montre bien décomposée (sans plus) et les sprites sont imposants, voire énormes pour certains. Ce n'est pas aussi beau que Samurai III, pas aussi mélodieux que le I, pas aussi bien réglé que le II, pas aussi homogène que le IV... mais c'est bel et bien l'épisode le plus violent de la saga, qui ravira les amateurs de Mortal KombatMalgré ses monstrueux 708 mégas, on ressort peu impressionné de l'expérience Samurai Zero Special, si ce n'est par la violence des Zetsumei Ougi. Nous avons là un bon épisode de Samurai Spirits, mais certainement pas le meilleur. Le gameplay a évolué dans un sens qui ne séduira pas tous les joueurs, alors que les choix esthétiques ou musicaux ne sont pas toujours du meilleur goût. Il n'empêche que l'ensemble est d'excellent niveau, et rappelons-le, propose un panel de personnages et de coups remarquable.


GRAPHISME

84%

Les douze décors sont repris de précédents épisodes. Les sprites ont peu ou pas changé et sont toujours d'excellente facture, idem des artworks.
ANIMATION 91%
Les zooms sont puissants et le sang coule à flot, au rythmes des découpes et Zetsumei Ougi.
SON 89%
Il n'y a pas tant de thèmes musicaux que ça, qui en plus sont pour la plupart peu inspirés. Les bruitages eux, sont toujours excellents.
DUREE DE VIE 93%
Vingt-huit guerriers,  c'est le roster record de la série. Passionnant à fouiller, malgré des déséquilibres et une difficulté élevée en solo.
GAMEPLAY 87%
Une maniabilité un poil raide, mais faite de nombreuses possibilités d'esquive et de feinte. L'action laisse davantage de place à la tactique qu'à la technique.

NEOGEOKULT

RATE

88%
Il y a un fossé entre les Samurai Spirits de SNK et les deux derniers épisodes de Playmore. Ceci dit, ce SSZS est un bon opus, avec des fatalités, des coups spéciaux à gogo, et un roster conséquent.

QUALITÉ/PRIX (2011)

La version 'fixed' sans les fatalités avoisine les 500 euros, alors que la légendaire 'unfixed' s'envole entre 800 et 1000 euros! Un bon conseil, choisissez n'importe lequel des quatre premiers opus: c'est un bien meilleur ratio prix/fun!

Bannière bouton
Bannière bouton