Reviewed in 2011 by Tibe

HUIT GUERRIERS ET UN SAVANT FOU

par Tibe (2011)

Click to read in english

Huit guerriers, une machine à remonter le temps, et un savant complètement taré... oui, c'est la recette choisie par Alpha Denshi pour le scénario improbable de World Heroes, le premier VS fighting de la firme! L'éditeur produit en effet ici son premier concurrent à Street Fighter II, sorti dans la foulée du titre de Capcom (à peine quelques mois après)... Il s'en inspire, certes, mais une touche très personnelle a été ajoutée! Le soft propose un roster relativement original et varié, ce qui permet de s'évader un peu des sentiers battus (mais pas trop quand même, hein). World Heroes est, à mon humble avis, un titre relativement mésestimé qui pourtant n'est pas si mauvais. On reproche souvent aux personnages leur manque de charisme et la simplicité du gameplay... Pourtant, ce jeu est bourré de qualités et mérite qu'on s'y attarde. S'il était sorti AVANT le hit de Capcom, la chanson aurait été différente. Mais voilà, World Heroes débarque en 1992, et la concurrence est rude en arcade. 

Dragon tente un coup de pied sauté, mais Brocken est sur ses gardes.
Dragon tente un coup de pied sauté, mais Brocken est sur ses gardes.

Un roster de huit personnages, c'est exactement le même nombre que dans Street Fighter II. Pas mal, mais c'est désormais devenu le minimum syndical dans un jeu de baston. Au delà de ça, notre World Heroes offre un gameplay complet, embarquant quelques idées novatrices. Les combos sont bien présentes dans le jeu, simples à réaliser, mais déjà assez nombreuses. Des coups spéciaux, il y en a en moyenne deux ou trois par personnage. Les commandes sont simples, il y a un bouton pour les poings, un pour les pieds, un pour choper. Selon la pression que vous exercez sur ces touches, les coups seront plus ou moins rapides ou puissants (deux niveaux de puissance pour pieds et poings). World Heroes propose un mode normal, en deux rounds gagnants, mais aussi un "Death Match" qui reprend les mêmes ingrédients, mais dans lequel on se bat sur un ring ou une arène piégée. Le décor peut aussi servir d'arme! Pics acérés, ring enflammé ou électrifié, l'exotisme est à son comble pour étriper vos adversaires.

En Death Match, attendez-vous à souffrir plus que de raison!
En Death Match, attendez-vous à souffrir plus que de raison!

Variante au traditionnel tour du monde, le Death Match a son charme et permet de s'évader un peu des versus standard, vus et revus. Il est agréable de pouvoir diversifier les modes de combat et d'adopter des stratégies différentes en fonction de l'environnement. Résumons: des personnages variés au nombre de huit, des combos et des coups spéciaux, deux modes de jeu sympathiques... Cela donne envie de voir la suite! La réalisation était remarquable lorsque le jeu est sorti en 1992. Des graphismes assez détaillées avec de beaux dégradés de couleurs, des arrière-plans aux reliefs réussis et des personnages de belle taille. L'animation, elle, se situe dans la moyenne des jeux de baston. Si les coups sont rapides, les déplacement sont en revanche un peu lents, et les sauts donnent l'impression que les héros se battent sur la Lune (ou qu'ils ont aspiré de l'hélium, beaucoup d'hélium). Mais le jeu a d'autres qualités qui estompent ces quelques défauts. Le sol est animé en 3D pré-calculée, comme dans SFII. Les éléments du décor se cassent aussi, barils, tonneaux, cruches... et cerise sur le gâteau, les bonus stages sont de la partie, pour briser un peu la monotonie des combats.

Rasputin vous écrase de ses gigantesques pognes!
Rasputin vous écrase de ses gigantesques pognes!

C'est vrai qu'on est habitué à plus rapide, ne serait ce qu'avec Fatal Fury 2 ou Street Fighter II' Champion Edition sortis peu de temps après, qui ont nettement plus de pêche. Musiques et effets sonores se révèlent simples, mais qualitatifs et efficaces (bons bruits d'impacts, percutants). En fait, WH proposait une réalisation de haut vol en son temps, mais on réalise avec le recul et les autres jeux sortis juste après qu' Alpha Denshi était loin d'exploiter à fond la Neo Geo. Oui, les sprites sont moins grands que dans Art of Fighting, les personnages moins charismatiques que ceux de Fatal Fury... Mais World Heroes a quand même la moyenne dans tous les domaines, ne lui jetons pas la pierre. Les coups sortent facilement, on s'amuse très vite avec le soft mais l'action manque un peu de profondeur. Sans être grandiose, World Heroes fait tout de même partie des très bon jeux de baston de sa génération, à défaut d'être le meilleur.


GRAPHISME

90%

Les graphismes sont de belle facture, avec des arrière-plans vivants et des personnages grands et détaillés.
ANIMATION 76%
Sans être un modèle, l'animation de World Heroes est tout à fait honnête. Les déplacements sont un peu lents, mais l'action est décomposée et le scrolling du sol en 3D est bien réalisé.
SON 80%
Bande son originale, bruitages de coups réussis, mais des musiques pas spécialement marquantes et des digits vocales pas nombreuses pour un jeu Neo Geo.
DUREE DE VIE 83%
Huit personnages sélectionnables, c'est dans la moyenne de l'époque; un seul boss à battre cependant, mais les personnages ont pas mal de coups et combos qu'il est intéressant de découvrir... sans oublier les Death Match!
GAMEPLAY 72%
Combos, coups spéciaux... Très simple, le gameplay n'innove pas sur beaucoup de points mais la maniabilité est agréable.

NEOGEOKULT

RATE

78%
Un des premiers jeux de baston de la Neo Geo, certes pas la référence en 1992, mais plein de qualités et fun.

RAPPORT QUALITE/PRIX

Pas cher le World Heroes, une trentaine d'euros en général. Un bon rapport... cependant, pour le même prix, préférez-lui le World Heroes 2: un épisode bien plus abouti.

Bannière bouton
Bannière bouton