Reviewed in 2013 by Tibe

TOURISME ULTRA-VIOLENT

par Tibe

Click to read in english

Et oui, après avoir nettoyé les rues de Metro City de sa pègre, Haggar et ses amis débutent leur 'World Tour' ! Réservez vos tickets pour ce spectacle incontournable, avec distribution de baignes et coups de tatanes en perspective... Cette fois, c'est la fiancée de Guy et son papounet qui se sont fait séquestrer par des "méchants". Alors comme le téléphone portable  et Facebook n'existent pas en 1993, impossible de contacter l’intéressé. Cela simplifie idéalement le scénario, puisque c'est la sœur de la kidnappée, et donc la fille du vieil homme kidnappé, qui appelle Mike Haggar à la rescousse, étant ami de la demi-sœur de la tante de la petite amie de Guy, ainsi que Carlos, le frère du cousin de la belle-sœur par alliance de Maki. Ce trio Haggar-Maki-Carlos remplace donc la précédente équipe Haggar-Cody-Guy. Contrairement à l'adaptation de Final Fight sur Super NES, on peut ici jouer à deux simultanément: et ça, c'est plutôt cool!

La Hollande est un peu tristounette à cette saison...
La Hollande est un peu tristounette à cette saison...

Notre bestiaire de héros constitue une variété de combattants similaire à ce que proposait l'ancêtre, un modèle qui a servi de base à nombre de Beat them Up par la suite. Au choix, il y a un personnage puissant (Haggar), un plus rapide (Maki) et un troisième aux stats équilibrées (Carlos). Les niveaux ne manquent pas d'exotisme, puisque l'on quitte Metro City pour un tour du monde des plus sympathiques: Chine, France, Pays-Bas, Italie, Angleterre, Japon... Ce n'est pas trop mal! Même si le scénario est ultra-alambiqué pour justifier de tels 'déplacements', l'initiative est louable. Et pas de mauvaise surprise, les décors sont très variés et agréables, malgré des couleurs parfois un petit peu ternes. Les personnages principaux et les Boss sont très finement dessinés et colorés, par contre, les ennemis de base ne sont ni très beaux, ni très variés: on retrouve toujours les mêmes d'un stage à l'autre, et à l'instar de jeux comme Sengoku 3 ou TMNT IV, ce détail rend le jeu un peu rébarbatif par moments. 

Comme dans Street Fighter II, la mer ne bouge pas... snif!
Comme dans Street Fighter II, la mer ne bouge pas... snif!

Dommage, car Final Fight 2 est plein de bonnes idées comme ce tour du monde, le jeu en coopération, les bonus stages ou tout simplement les trois combattants sélectionnables: un ensemble qui procure une belle diversité au jeu, en plus de sa durée de vie conséquente (plus d'une heure pour le boucler). Autre bonne surprise, l'animation: on a progressé depuis la première adaptation de Final Fight sur SNES, avec une décomposition élevée - sans égaler l'arcade malgré tout - une vitesse de jeu bien réglée et très peu de ralentissements lorsque l'on joue à deux. L'éventail de coups est le même que dans Final Fight, et c'est un peu dommage, car quatre ans après, on aurait aimé quelques nouveautés. Il y a toujours les armes, les prises, et l'attaque spéciale déclenchée avec A+B. Concernant le moins bon dans le jeu, comment pardonner à la bande son d'être aussi merdique, avec des thèmes hyper banals, sans envergure, même pas rehaussés par une bonne qualité sonore. Les bruitages s'en sortent un peu mieux, et encore, ça se discute.

Le Boss final est une Drag-Queen prénommée Retu...
Le Boss final est une Drag-Queen prénommée Retu...

Autre point négatif, le jeu est exagérément facile: même avec un seul crédit, c'est piece of cake, tant les ennemis sont anémiques et les bonus de vie trop nombreux. Capcom a tout de même relativement bien exploité la Super NES avec ce titre, tout du moins en ce qui concerne la technique: ne jetons donc pas la pierre à Final Fight 2. Alors c'est sûr, incontestablement, le troisième opus (Tough) est nettement meilleur avec ses trente-deux mégas, c'est une évidence. Le premier opus, sorti en 1989 en arcade, a plus de gueule et ses différents combattants davantage de classe, d'accord... mais quand même, ce soft est plein de qualités. Durée de vie excellente, roster correct, graphisme et animation jolis, Boss réussis, niveaux variés... Sans compter une bonne dose de fun et de surprises la première fois qu'on y joue. De là à y trouver le potentiel de replay d'un méga-hit, bien entendu, il y a un pas que je ne franchirais pas... mais ce second volet de la saga de Capcom reste un solide Beat them Up qui ravira les amateurs.


GRAPHISME

71%

Ce n'est pas trop mal pour une Super Nes, malgré des couleurs un peu ternes et des ennemis pas assez variés.
ANIMATION 76%
L'animation est soignée et rapide, les ralentissements rares: C'est tout bon!
SON 63%
Les musiques sont trop synthétiques et peu inspirées, les bruitages sont un peu mieux... mais dans l'ensemble rien de très marquant!
DUREE DE VIE 82%
Final Fight 2 est carrément long, puisqu'il faut plus d'une heure pour en venir à bout. Dommage qu'il soit un peu répétitif et lassant, mais on y revient quand même pour son mode deux joueurs.
GAMEPLAY 80%
Les bases de Final Fight sont transposées sur la Super NES avec plus ou moins de succès: trois persos sélectionnables, jeu à deux, armes à ramasser: pas mal, mais un bestiaire ennemi plus complet et davantage de coups aurait été mieux!

NEOGEOKULT

RATE

77%
Final Fight 2 est un bon Beat them Up, pas de doute à ce sujet: on est cependant bien en-dessous de Final Fight, premier du nom, dans sa version arcade!

ET SUR NEO GEO?

C'est Burning Fight qui semble le plus ressemblant, mais l'on peut aussi citer Mutation Nation sorti la même année, un cran au-dessus.

Bannière bouton
Bannière bouton