Reviewed in 2011 by Tibe

LA DROGUE ET LES JEUX VIDEO

par Tibe

Click here to read in english

Ca fait des ravages... Et on se demande bien ce qu'ils avaient fumé, les programmeurs de chez Atlus, lorsqu'ils ont conçu Power Instinct. Sorti en 1993, le titre est un énième concurrent de Street Fighter II et autres Fatal Fury, et pas le pire de tous! Atlus dégaine un peu en retard mais propose un soft de qualité, original et bourré de fun. Programmé sur support 68k based, Power Instinct occupe pas moins de 115 mégabits avec ses grands sprites, ses décors bien foutus et (surtout) sa bande son démoniaque! A vrai dire, c'est un véritable délire que se sont tapé les concepteurs du jeu. L'humour est omniprésent du début à la fin. Par exemple, les bruitages semblent parfois tout droit sorti d'un numéro de clown et les différentes voix qui ponctuent l'action sont complètement folles, alors que les deux arbitres nains présents à chaque combat multiplient les mimiques et cascades en arrière-plan! Vous l'avez compris, l'atmosphère se veut drôle et détendue: Power Instinct ne se prend pas au sérieux, ça change un peu.

Un Dragon Punch/Torche-enflammée-de-Bison ça a de la gueule non?!
Un Dragon Punch/Torche-enflammée-de-Bison ça a de la gueule non?!

Mais que ceci ne nous détourne pas de l'intention première: on est venu pour de la grande baston, du versus fighting en 2D, du roster copieux, du gameplay technique, du challenge et une réalisation qui déchire. Alors, à part nous faire rire... il y a autre chose, rassurez-moi? Ca se pourrait bien. Concernant la réalisation, c'est plus qu'honnête: le style graphique est simple mais ne manque pas de profondeur et les décors sont vivants. Les personnages sont bien dessinés, même s'ils manquent un peu de finesse, et tout cela est remarquablement mis en scène. L'animation n'est pas la meilleure que l'on ait vu jusqu'alors (Fatal Fury Special ou SSF2 sont nettement au-dessus) mais la vitesse est bonne, avec une action speed et une dynamique des combats très satisfaisante. Le roster constitué de huit personnages n'est pas ridicule, mais constitue vraiment le strict minimum en 1993. Si ce chiffre semblait magique en 1991 avec Street Fighter II, les choses ont sacrément évolué en deux ans et les jeux les plus haut de gamme proposent alors de douze à seize personnages jouables. 

Ne sous-estimez pas la petite Mamie, elle va vous faire souffrir!
Ne sous-estimez pas la petite Mamie, elle va vous faire souffrir!

Oui, mais c'est le premier opus de cette saga d'Atlus, et pour tout dire, les protagonistes, s'ils sont peu nombreux, sont bien complets et disposent d'une pléthore de coups spéciaux. Quatre boutons sont utilisés, deux pour les coups de pieds et deux pour les poings, c'est la même configuration que Fatal Fury. Les combos sont de la partie tout comme les coups spéciaux - dont certains sont spectaculaires - et le soft propose même quelques compléments techniques comme le double saut, le dash, l'esquive, les contres... et le plaisir de jeu se ressent assez rapidement! Les bonus stages sont au programme - il faut dégommer les petits arbitres - et l'atmosphère du jeu japonaise et décalée est vraiment sympa. Les personnages sont un peu barges, on a le choix entre une mamie qui lance des dentiers, un indien brutal, un ninja un peu kitsch, un moine bouddhiste complètement cinglé, un travelot qui fait du catch, une écolière, un américain stéréotypé ainsi que le classique clone de Ryu. Bref, la fine équipe, en somme!

Les petits arbitres en arrière-plan sont parfois très drôles...
Les petits arbitres en arrière-plan sont parfois très drôles...

Tous ces joyeux drilles se révèlent très agréables à jouer et disposent pour chacun d'entre eux d'attaques variées, de points forts et de points faibles. Il n'y a qu'un seul Boss, la soeur jumelle de la mamie lanceuse de dentiers. Celle-ci peut se rajeunir à volonté et utilise autant d'attaques différentes selon sa forme. Parvenir jusqu'à elle relève de l'exploit, tant la machine anticipe tous vos coups et truque le combat dès le troisième affrontement (on vous laisse vous amuser un peu pendant les deux premiers). Les versus autorisent d'excellents moments avec un pote, et l'ambiance du soft met de bonne humeur le plus bougon des joueurs. La bande son n'y est pas étrangère: les musiques sont cool et prenantes, les bruitages bien choisis et les digits vocales littéralement délirantes! Pour un premier jeu de combat, Atlus s'en sort avec les honneurs. Power Instinct est un bon titre, fun, qui mérite d'être reconnu par les amateurs du genre!


GRAPHISME

80%

Peu de décors mais une "patte" plutôt sympa malgré une certaine simplicité.
ANIMATION 82%
Relativement speed et d'une qualité dans la moyenne.
SON 90%
Le point fort du jeu! Une bande son délirante, bourrée de digits vocales et d'effets hallucinatoires... Ainsi que des mélodies incroyables!
DUREE DE VIE 72%
Huit personnages sélectionnables, c'est tout juste passable en 1993.
GAMEPLAY 84%
Bien dynamique, le jeu est étonnament technique et propose combos, dash et coups spéciaux nombreux.

NEOGEOKULT

RATE

81%
Le premier VS Fighting de Atlus est une réussite: c'est un jeu bien délirant et fun, en plus d'être plutôt joli.

ET SUR NEO GEO?

On pense inévitablement à World Heroes 2 ou même Karnov's Revenge et leurs personnages très particuliers, comme jeux équivalents sur la console SNK: le titre d'ADK est même un peu meilleur, bien que pas aussi empreint de ce grain de folie propre à Power Instinct!

Bannière bouton
Bannière bouton