Reviewed in 2012 by Tibe

PLAYMORE, DE RETOUR AUX AFFAIRES!

par Tibe

Click to read in english

Deux ans et demi après le décevant Kof XII, SNK Playmore publie finalement sur consoles l'épisode censé racheter leurs fautes... Celui censé réconcilier les fans de la première heure avec la saga mythique née en 1994. Il y avait du pain sur la planche, pour sûr! Après l'apogée de la saga en 1998 et en 2000, Playmore avait continué de faire vivre la série sur Neo Geo jusqu'en 2003, à coups d'opus plus ou moins réussis. On se rappelera de l'excellent 2002 au gameplay parfait, des nombreuses adaptations sur consoles 128 bits, des impinables épisodes en 3d (Maximum Impact et consorts) mais aussi du très bon King of Fighters XI sur Atomiswave. The King of Fighters XII avec son rythme lent et son gameplay insipide, ses graphismes caricaturaux et son roster faiblard (22 persos, pas tous intéressants) avait fini de conforter les connaisseurs dans leur fidélité envers les titres de la bonne vieille 16 bits.

Seulement voilà, SNK Playmore n'a pas plaisanté cette fois-ci, et The King of Fighters XIII s'annonce comme un titre remarquable, digne de ses ancêtres... à l'instar d'un certain Street Fighter IV! Capcom est de retour sur la scène du VS fighting, et  c'est maintenant le tour de SNK avec ce titre haut de gamme... nous jouerait-on un revival du début des années 90? Tout porte à le croire. Gros succès en arcade aux côté de Super Street Fighter IV en 2010, Kof XIII était promis aux consoles 128 bits depuis un petit moment: le voici enfin, en ce mois de Novembre 2011! Comme par le passé, SNK dégaine dans le sillage de Capcom qui a une petite longueur d'avance. Les programmeurs de la firme d'Osaka n'ont pas l'intention de plaisanter cette fois-ci. Ne reprenant que quelques rares éléments du précédent opus -qui n'était qu'une démo transformée à la sauvette en jeu 'complet'- cette nouvelle mouture renoue avec le gameplay  et l'atmosphère des épisodes sortis avant 2000... ce qui ne peut être qu'un très bon point de départ.

Ce que les joueurs reprochaient à Kof XII, les gars de SNK Playmore l'ont bien compris. Un jeu au character design raté, manquant de personnalité, au gameplay bâclé et au roster sous forme de mauvaise plaisanterie (vingt-deux guerriers contre une quarantaine autrefois) et un nombre ridicule de décors. Ces vilains défauts ont été bien corrigés dans The King of Fighters XIII! Pour commencer, le nombre de stages est passé de cinq à plus de vingt... Quel bond! Et autant dire que la qualité n'est pas restée à la traîne: c'est superbe! S'inspirant parfois d'anciens décors, on a par exemple droit à l'intérieur de l'horloge de Big Ben (cf Billy Kane Stage, Fatal Fury 2) ou la zone industrielle sur fond de coucher de soleil (Iori Stage, Kof 95)  ou encore le Osaka stage de Kof 96. La HD offre une nouvelle jeunesse à ces sublimes 'tableaux', et le résultat s'avère splendide. Les nouveaux stages ne sont pas en reste et à vrai dire, il est bien difficile d'en trouver un moins beau que les autres. C'est homogène dans la qualité et surtout très varié, sans compter que les stages sont vivants  et évolutifs.

Les sprites ont été retravaillés et complètement refaits pour certains, sans compter qu'une foule de nouveaux arrivants débarque. La vue est nettement éloignée et le jeu n'utilise désormais les zooms que lors de SDM ou Neo Max moves. Plus de Zoom-Out: les personnages sont plus petits mais du coup l'aire de combat est vaste, autorisant davantage de possibilités. Le design est sobre, net, sans bavures; les personnages sont fins, pas bodybuildés ou exagérément 'cocky' comme chez certains jeux concurrents... la griffe Kof est bien là! Parmi les revenants les plus notables, Hwa Jai - qui est à Joe Higashi ce que Ken est à Ryu) fait son retour depuis le premier Fatal Fury, alors que Saiki est un des Boss du jeu, un personnage étroitement lié à Ash Crimson. Celui-ci est à débloquer, de même que Billy Kane, qu'il faudra affronter lors du jeu solo: deux combattants exclusifs à la version console, cool! Il y a aussi quelques figures emblématiques qui sont de retour: Takuma a pris de l'âge mais se montre très incisif, la Team de K' est également là, alors que la part belle est faite au sexe faible- si l'on peut dire: Vice, King, Yuri, Kula... et bien entendu Mai... Bref, un casting de rêve de trente-trois personnages!

Le roster de Kof XIII renoue avec le haut niveau de ses ancêtres: le casting inclut les personnages les plus joués de la série, les plupart des absent eux, ne manqueront pas à grand monde (K9999, May Lee,...). Ajoutez à cela un gameplay à l'image de celui-ci, et vous l'avez compris, nous avons droit ici à un jeu digne des meilleurs opus de la Neo Geo, incluant une réalisation mettant à contribution la puissance des consoles actuelles. Graphismes haute définition, beaux, variés, gorgés de relief; animation détaillée à souhait et dynamique, effets nombreux et spectaculaires; musiques et bruitages excellents, avec des compositions talentueuses mélangeant guitare, basses et instruments électroniques. Le gameplay s'inscrit dans la lignée des Kof Neo Geo, renouant avec une technicité élevée et une profondeur de jeu importante. Malgré tout, le soft se montre relativement accessible... mais vu l'importance de la marge de progression, le hasard et la chance du débutant ne seront d'aucune aide! 

Kof XIII reprend la configuration quatre boutons bien connue (deux poings, deux pieds) incluant dash avant et arrière (A+B) ainsi qu'un coup puissant (C+D). B+C active le mode HyperDrive, il s'agit d'une nouvelle jauge qui régit l'utilisation des Cancel dans leur globalité. La traditionnelle jauge de Power permet d'effectuer les DM, SDM, NeoMax moves et bien entendu Guard Cancels et Breaks CD.  Une jauge de Guard Crash fait son apparition sous la barre de vie, permettant ainsi de voir quand la garde va crusher. Beaucoup de jauges, beaucoup de gestes techniques, de possibilités offensives et défensives: techniquement, Kof XIII s'avère encore plus complexe que Super Street Fighter IV, sans compter la vitesse plus élevée: petits joueurs, s'abstenir! La réalisation de haut vol devrait ravir tout amateur de beaux jeux de baston. Mais la spécificité de Kof, c'est encore aujourd'hui la complexité du gameplay. Alors que celui-ci a été mis au goût du jour et rendu plus accessible, il conserve néanmoins une profondeur, un niveau d'exigence et une marge de progression qui restent au-dessus du lot. 

GRAPHISME

96%

De la 2d d'une finesse inégalée: les décors sont nombreux, variés et splendides, et les personnages très réussis.
ANIMATION 93%
Le rythme est particulièrement soutenu, l'animation bien décomposée et les divers effets au top.
SON 95%
Clairement une des clés de voute de la réalisation. Les musiques sont classieuses, et les bruitages soigneusement choisis avec des bruits de coups bien "punchy".
DUREE DE VIE 98%
33 personnages sélectionnables, beaucoup de modes de jeu et bien entendu les VS online & offline: que demander de plus?
GAMEPLAY 96%
On retrouve la technicité propre à Kof. Le GP est d'une richesse remarquable, avec d'innombrables techniques et combos réquérant un timing drastique!

NEOGEOKULT

RATE

95%
Comme au bon vieux temps, Kof XIII aux côtés de SSFIV s'imposent comme les références du VS Fighting.
Bannière bouton
Bannière bouton