Reviewed in 2012 by Tibe

KONAMI A LA SAUCE CAPCOM

par Tibe (2012)

Click to read in english

Dans le registre du Beat them Up, Konami a plutôt bien sévi: d'abord Shaolin's Road en 1985, ensuite plusieurs épisodes de Teenage Mutant Ninja Turtles couronnés de succès sur diverses plate-formes. Puis vinrent jusqu'en 1993 les Crime Fighters, The Simpsons, Asterix, Batman Returns... tout un paquet d'excellents titres exploitant de célèbres licences. L'éditeur n'a pas bâclé le travail, et les jeux se sont bien vendus. Mais la pièce maîtresse du japonais arrive l'année suivante: c'est le génial Violent Storm, un Beat them Up lourd de 122 mégas! Pour comparaison, SNK et son Mutation Nation n'affichent 'que' 54 mégas, et l'excellent Undercover Cops seulement 49. On peut légitimement s'attendre à une réalisation de premier ordre. Nos héros s'appellent Wade, Boris et Kyle. Les trois amis vivent au XXIe siècle sur la côte Est des Etats-unis, où comme partout ailleurs, la troisième guerre mondiale n'a laissé que des ruines, un monde post-apocalyptique dénué d'institutions et de règles. 

Les sprites de Violent Storm sont bien balèzes pour un Beat them Up.
Les sprites de Violent Storm sont bien balèzes pour un Beat them Up.

La loi du plus fort règne, avec des villes infestées de gangs qui terrorisent les plus faibles. Sheena, la petite amie de Wade, est enlevée par Red Freddy sous les yeux de nos trois héros. L'homme est un des leaders du Geld Gang, de violents bandits qui sévissent dans le coin. Nos gaillards se lancent à la poursuite du vilain aussi sec, et croyez-moi, ça va chier. Un scénario à la Final Fight, une ambiance à la Mutation Nation: un mélange aussi osé que sexy... Konami a eu la bonne idée d'ajouter une sacrée dose de clins d’œils et de fun à son jeu, ce qui ne gâche rien: personnages ubuesques, mises en scènes humoristiques, gags, surprises, références à des films ou jeux... il faut aussi dire que l'atmosphère de Violent Storm est unique, avec son monde à la New Yok 1997, ses personnages hauts en couleurs et son ambiance déjantée! Le hardware utilisé est un gros 68k based, le même que pour Martial Champion. La bête affiche 4096 couleurs en 384x224, et c'est plutôt costaud. Le monde de Snake Plissken est ici décliné dans un style coloré, fait de pastels et de somptueux décors pleins de relief et de détails. 

Armes, prises, combos... rien ne manque dans cet excellent jeu.
Armes, prises, combos... rien ne manque dans cet excellent jeu.

L'ensemble a été très bien ficelé par Konami, et ce travail soigné fait plaisir à voir. On note que les sprites des divers protagonistes sont tout simplement énormes! De mémoire, ce sont les plus gros qu'il m'ait été donné de voir dans un Beat them Up. Et ne venez pas me parler de ralentissements: ils sont aux abonnés absents! Non seulement les personnages se déplacent vite, mais leurs mouvements ainsi que ceux des ennemis sont très bien décomposés. Il y a parfois un nombre impressionnant de sprites à l'écran, aussi bien les combattants que divers objets, explosions, barils, figurants, armes... et le résultat est nickel, pas un pète! Et que dire des musiques, d'une qualité digne des meilleurs jeux Neo Geo? Les différents thèmes nous replongent en plein dans les années 80, avec un mélange très éclectique: rap, rock, funk, pop... et chaque composition est pleine de punch, originale et marrante, collant idéalement au monde déjanté de Violent Storm. De la bombe, j'te dis! Les bruitages et voix digitalisées ne décevront pas les aficionados, c'est aussi du lourd, avec de très bons bruits d'impacts et une qualité d'échantillonnage élevée. Il faut entendre le Boss du deuxième niveau (train) vous demander si vous avez votre titre de transport! Un sans faute niveau réalisation.

Cette scène rappelle le combat contre Sodom dans Final Fight!
Cette scène rappelle le combat contre Sodom dans Final Fight!

La cerise sur le gâteau, c'est que le gameplay de Violent Storm est carrément jouissif. Trois combattants différents sont proposés, chacun disposant d'une panoplie de coups à faire pâlir n'importe quel autre jeu de baston: pour chacun de nos héros, une bonne dizaine de coups de base sont disponibles, plus deux ou trois coups spéciaux et au moins trois projections différentes! De plus, on peut ramasser un arsenal d'armes variées, ainsi que chaises, pots de fleurs, caisses, ballons... on ne sait plus où donner de la tête, tant les possibilités sont larges. Le parcours est littéralement jonché d'une foule d'éléments à détruire et de surprises. Le soft n'a en fait que deux défauts: un bestiaire ennemi assez peu varié (une dizaine d'affreux différents) ce qui en soi n'est pas dramatique, mais surtout une durée de vie bien courte, avec un soft se terminant en tout juste une demi-heure. Ces détails importeront peu aux véritables amateurs de Beat them Up, qui se délecteront encore et encore de Violent Storm, un des tout meilleurs titres dans le genre.


GRAPHISME

90%

Violent Storm se démarque de ses concurrents avec ses sprites énormes et son style graphique assez unique.
ANIMATION 97%
La décomposition est impeccable, il n'y a pas de ralentissements et les décors sont très, très vivants!
SON 98%
Les musiques ont du punch, en plus d'être variées et entraînantes. Les bruitages et voix sont parfaits.
DUREE DE VIE 69%
Trente minutes pour finir le jeu, ce n'est pas terrible, mais on revient à Violent Storm très volontiers.
GAMEPLAY 96%
Coups variés, rythme soutenu, armes, interactions nombreuses, Boss funs... Excellent! Seul reproche, des ennemis trop peu variés.

NEOGEOKULT

RATE

92%
Violent Storm est un chef d'oeuvre méconnu, qui ravira n'importe quel amateur de Beat them Up.

ET SUR NEO GEO?

L'ambiance post-apocalyptique peut être retrouvée dans le Beat them Up Mutation Nation, qui est cependant un poil inférieur à Violent Storm (qui pèse tout de même 122 mégas!)

Bannière bouton
Bannière bouton