Blue's Journey VS Caveman Ninja

 

Par Tibe

Click to read in english

Joe & Mac aka Caveman Ninja connût un grand succès, grâce à quelques bonnes idées et des programmeurs de talent. Celui-ci se jouait à deux, était bourré de fun et de détails comiques - à la Metal Slug, façon B.D - et proposait une très jolie réalisation, le jeu prenant place dans une Préhistoire nanarde remplie de dinosaures. Blue's Journey aka Raguy est moins célèbre, mais peut toutefois se targuer d'avoir fait baver nombre de joueurs avec ses screenshots dans la presse spécialisée. Avec ce comparatif, nous allons enfin voir si Blue's Journey faisait le poids avec le hit de Data East, exception faite du succès commercial de ce dernier. Caveman tourne sur un Data East MC68000 based de cinquième génération, son proce' central moulinant à 12Mhz tout comme celui de la Neo Geo, mais ne bénéficiant pas de la présence d'un Z80. La résolution est 256x240 alors que Blue's tourne en 320x224. Avantage au jeu ADK sur le papier, alors que les roms respectives pèsent 50 mégas pour celui-ci, contre 42 Mb pour le titre Data East.

GRAPHISME

Les styles sont marqués, assez éloignés, mais le trait de chacun est remarquable. L'univers de Blue's Journey, c'est un peu le pays des merveilles: gai, coloré à souhait, voluptueux... Les six mondes sont variés et pour la plupart très réussis. Les décors de fond sont souvent animés et ne manquent pas de relief, un pur bonheur visuel. Les personnages sont mignons comme tout, le seul reproche à faire au jeu concerne le bestiaire ennemi: peu impressionnant et moyennement riche; mais il s'agit surtout des différents Boss du jeu, qui sont décevants autant de par leur taille que leur allure: petits et insignifiants! Data East a mis le paquet sur les siens: des bons gros dinosaures, mammouths et autres joyeusetés, tous bien grassouillets! Les ennemis sont un poil plus variés - bien que l'on retrouve pendant tous le jeux nos chers Cro-Magnons en léopard - et leur design est plus réussi que chez le concurrent. Six stages également, autant de théâtres de la préhistoire différents très, très réussis: un gros travail a été fait sur le dessin, les détails et le choix de couleurs, permettant à Caveman Ninja d'emporter cette manche.

BLUE'S JOURNEY........... 88%

 CAVEMAN NINJA............ 92% 

ANIMATION

Scrollings différentiels, sprites nombreux et volumineux (surtout pour le jeu Data East), effets sur l'eau, les nuages... Blue's Journey a pour lui une vitesse et une fluidité sensiblement supérieures, ainsi que des arrière-plans remplis de détails animés; Les personnages de Caveman Ninja, plus grands, ont des mouvements un poil moins décomposés. Ceci étant dit, la quantité de postures, de mimiques, d' onomatopées et de petits détails composant le jeu est incroyable et donne une sacrée vie à l'ensemble. De plus, les Boss de CN sont pour la plupart immenses et très bien animés, alors que ceux de BJ sont tout à fait quelconques.

BLUE'S JOURNEY...........  83%

 CAVEMAN NINJA............ 85% 

BANDE SON

Nos hommes des cavernes sont accompagnés par de sempiternels tam-tams rythmant quasi-invariablement l'action! Force est de reconnaître que cela sied plutôt bien à l'action, mais les thèmes sont peu nombreux et répétitifs. Les bruitages vont du moyen au bon, et quelques digits vocales s'invitent de temps en temps à la fête. Blue's Journey s'affiche un bon cran au-dessus de son rival par sa qualité sonore globale; mais ses musiques sont aussi plus diverses, de même que ses bruitages. Bien adaptées au monde merveilleux de Raguy, elles contribuent à l'ambiance festive et bon-enfant du titre.

BLUE'S JOURNEY........... 87%

 CAVEMAN NINJA............ 75% 

DUREE DE VIE

Bien évidemment, nos compétiteurs n'affichent pas une durée de vie à la Mario, mais quelques bonnes idées jouent en leur faveur. Pour finir Blue's Journey, il faudra traverser quatre mondes composés de quatorze niveaux vastes, parmi lesquels on peut emprunter divers passages et découvrir pas mal de secrets et items bien utiles. Le jeu se boucle en une quarantaine de minutes: les Boss ne sont pas très difficiles à battre, mais la progression est parfois difficile. Notons la très bonne idée - utilisée également dans Caveman Ninja - de pouvoir choisir différents embranchements à certains moments. Dans Joe & Mac, à la fin des deux premiers mondes franchis, vous pourrez choisir entre deux directions: ce qui fait un total de six mondes, et quatre chemins possibles. Le soft est légèrement plus court que son rival avec trente-cinq minutes environ. Le choix est donné pas moins de quatre fois entre deux embranchements différents, soit huit passages possibles au cours de six stages au total (j'espère que tout le monde a suivi). On revient volontiers à l'un et l'autre pour le coup, avec leurs modes deux joueurs et ces multiples mondes à découvrir.

BLUE'S JOURNEY........... 83%

 CAVEMAN NINJA............ 82% 

GAMEPLAY

Dans Blue's on dispose de deux cœurs, mais cette capacité peut être améliorée en en récupérant d'autres au cours du jeu. Il y a trois armes différentes (feuille, bombe, boomerang) ayant chacune trois niveaux de puissance. A déclenche l'attaque: la feuille assomme les ennemis, permettant à Blue de les lancer, alors que bombes et boomerangs tuent illico. B sert à sauter, notons que les ennemis peuvent être neutralisés par un saut sur la tête; quant à C, il permet de changer de taille à volonté: une fois petit, plus question d'attaquer, mais l'on se déplace plus vite, on saute plus haut, et l'on peut emprunter certains passages étroits. Le jeu en coop est très bien pensé: on peut s'entraider pour franchir des obstacles, ou escalader des plateformes impossibles à atteindre seul. Outre les différents passages secrets, il y a les boutiques et maisons à explorer un peu partout. La monnaie dans le coin, c'est les fleurs! A vous d'en récolter le plus possible pour pouvoir acheter les meilleurs items ou services. Gameplay riche, commandes répondant au poil: c'est excellent, rien à redire. Si, un détail: on aurait aimé des Boss plus imposants à la fin de chaque monde. Dans Caveman Ninja, l'éventail d'armes est conséquent: boule de feu, pic, boomerang, foudre, roue, spectre, etc! Autant d'armes excentriques et originales à découvrir, plus quelques surprises comme le tabasco ou autres gâteries. Deux boutons sont utilisés: A pour l'arme, B pour le saut. Maintenir A charge une attaque surpuissante, saut+haut permet de sauter plus haut, et bas+saut permet de descendre d'une plate forme. Comme dans Blue's Journey, on peut tuer nos ennemis en leur sautant sur la tête. Nos ninjas des cavernes ont une barre de vie: on peut donc encaisser plusieurs attaques avant de décéder. De la nourriture est éparpillée un peu partout: celle-ci vous permettra de survivre à votre faim constante (la jauge descend si l'on ne se nourrit pas!) mais aussi de regagner la santé perdue au combat. Le jeu à deux est carrément génial, avec une véritable compétition s'instaurant entre les joueurs: celui qui marque le plus de points a droit au bisou de la jeune fille sauvée en fin de stage, pas l'autre! Avec sa simplicité, son côté décalé et ses mécaniques de jeu prenantes, Caveman Ninja devance Blue's Journey - qui ne démérite pas pour autant - sur ce chapitre du gameplay.

BLUE'S JOURNEY........... 85%

 CAVEMAN NINJA............ 94% 

CONCLUSION

Si le jeu ADK s'avère un très bon jeu de plateformes, celui de Data East s'impose lui comme un classique intemporel. Avec son côté fun, son ambiance BD préhistorique, ses mimiques et son ambiance délirantes, CN est unique. Blue's Journey remplit son contrat, le jeu est bien ficelé, sa réalisation n'a pas grand chose à envier à son rival et sa durée de vie est à la hauteur, pour un jeu d'arcade. Mais Caveman Ninja est une vraie pépite du jeu vidéo, titre à la réalisation talentueuse et au gameplay en béton armé. Celui-ci s'impose dans ce comparatif: malgré un hardware un poil inférieur, les programmeurs de chez Data East ont su faire la différence, chapeau!

BLUE'S JOURNEY

84%


CAVEMAN NINJA

89% 


Bannière bouton
Bannière bouton