Garou Mark of the Wolves VS Street Fighter II 3rd Strike

 

Par Tibe

Click to read in english

Ladies and gentlemen, voici un comparatif un peu hors normes ici, puisqu'il s' agit ni plus ni moins d'un choc entre deux immenses poids lourds du versus fighting. Deux monstres vidéo-ludiques, accusant des centaines de mégas à la pesée, proposant une réalisation et un gameplay de tout premier ordre. D'un côté, l'ultime Street Fighter en vraie 2D de Capcom, j'ai nommé Street Fighter III 3rd Strike. Face à lui, un des jeux les plus aboutis de SNK, mais aussi le dernier épisode de la grande saga Fatal Fury, j'ai nommé: Garou: Mark of the Wolves. La Neo Geo fait face au monstrueux CPS-III, et les chiffres sont sans équivoque. Concernant la résolution, le léger avantage datant du CPS est conservé: 320x224 pour la Neo Geo, 384x224 pour le CPS-III. Les couleurs affichées sont également en faveur du système de Capcom: 32768 contre 4096. Ne parlons pas de mémoire, de cadence de processeur, de filtres, de taille de sprites ou d'autres capacités, car le système de SNK est largué sur ce chapitre. En revanche, Garou accuse 688Mb à la pesée, contre 562Mb pour SFIII 3rd Strike. La réalisation de Garou: Mark of the Wolves va-t-elle tenir la route face à son impressionnant concurrent?

GRAPHISME

Nous faisons face à deux chef-d’œuvres. Le travail accompli par SNK est incroyable, exploitant le système dans ses derniers retranchements. Street Fighter III.3 bénéficie d'un support plus puissant, certes, mais les décors du jeu et les détails sur les personnages sont tout à fait remarquables. On frôle ici la perfection graphique. Dans un cas comme dans l'autre, le character design, les décors, les sprites, jusqu'aux écrans intermédiaires, sont fignolés et font vraiment forte impression. Si les personnages de SNK sont les plus charismatiques, les décors de ce Street Fighter sont beaux à tomber. La performance de Garou est bluffante, mais celui-ci doit s'avouer vaincu d'une courte tête par le jeu de Capcom, programmé sur une machine capable d'offrir un rendu 2D parfait.

GAROU................................ 98%

STREET FIGHTER 3.3........ 99% 

ANIMATION

Un nouveau chapitre dans lequel ces deux monstres atteignent un très, très haut niveau. Ici encore, difficile de trouver à redire. Les deux rivaux sont fluides, extrêmement décomposés, souples.... C'est tout simplement un travail d'orfèvre de part et d'autre. Les décors de Garou sont un peu plus vivants, par contre les sprites de Street Fighter III 3rd Strike sont sensiblement plus grands. Néanmoins, ce qui fait la différence ici, c'est la nervosité et le rythme: Garou est un poil meilleur que son adversaire à ce chapitre, avec un jeu hyper nreveux et plus rapide.

GAROU................................ 98%

STREET FIGHTER 3.3......... 97% 

BANDE SON

Les musiques de Street Fighter III 3rd Strike sont remarquables de qualité. Les morceaux regorgent de samples, de voix, de basses puissantes... mais malheureusement, cette bande son se compose principalement de soupe commerciale Hip-Hop d'assez mauvais goût. De plus, les thèmes des personnages sont noyés dans un flot incessant de paroles ou de basses saturées, et perdent beaucoup de leur personnalité. Certains adoreront, d'autres détesteront... mais il faut reconnaître à l'ensemble une qualité élevée. Chez SNK on s'est montré plus sobre, mais pour le coup les musiques sont exactement ce que l'on attend d'un jeu de baston: elles n'en font pas trop, collent parfaitement aux personnages, et rappellent les morceaux déjà connus de Fatal Fury. Quant aux nouveaux thèmes, la plupart sont très réussis et bénéficient d'une orchestration de haute volée, digne des tout meilleurs titres de la Neo Geo. En terme de bruitages et d'effets, les deux éditeurs connaissent le sujet par cœur et maîtrisent cette partie de leurs jeux respectifs. Les sons et digits vocales sont haut de gamme de chaque côté, bien choisis, percutants à souhait. C'est de l'excellent travail, avec un avantage très léger pour Garou, qui semble plus vivant et plus varié au niveau des voix, et bénéficie de bruitages un peu plus divers également.

GAROU................................ 96%

 STREET FIGHTER 3.3........ 89% 

DUREE DE VIE

Les deux titres ne sont pas des références ultimes en terme de roster: on a droit à quatorze personnages pour Garou, et dix-neuf pour Street. Cependant, chaque combattant dispose d'une palette de coups très vaste.  Le mode story de Mark of' est plus intense, plus scénarisé, plus passionnant... mais les cinq personnages de plus de Third Strike lui assurent une petite avance à ce chapitre sur le papier, avec un bémol toutefois: si les guerriers de Mark of the Wolves sont tous intéressants à jouer, on ne peut en dire autant de ceux de Capcom, dont quelques-uns sont très moyens - voire bizarres. Finir le jeu est un peu plus long chez celui-ci, cependant le titre de SNK met le joueur face à un sacré challenge: pour affronter le Boss final, et donc voir la vraie fin de chaque personnage, il faudra avoir vaincu tous les ennemis avec un certain niveau de qualité en combat (système de notation en fin de round, comme dans les Real Bout). Sinon, il ne vous restera plus qu'à recommencer... Les modes VS des deux softs sont forcément la partie la plus intéressante de la durée de vie, ouvrant les portes à une infinité de matchs, tant le gameplay est bon dans l'un et dans l'autre. Concernant Garou, les différents modes proposés sur la console (practice, VS, story, survivor) sont un plus non négligeable dans la durée de vie, chose absente de la pure version arcade de SFIII 3rd Strike. Ce dernier cependant offre quelques bonus stages qui sont les bienvenus pour casser un peu le rythme, et apporter un peu de diversité.

GAROU................................ 94%

 STREET FIGHTER 3.3........ 95% 

GAMEPLAY

SNK a fait table rase des épisodes passés de Fatal Fury. Plus de jeu sur deux plans, plus de double barre de vie, le gameplay a été complètement repensé... et c'est un coup de maître! L'action est d'une souplesse incroyable, les enchaînements sont légions, la maniabilité est parfaite. Quatre boutons sont utilisés, à l'instar d'un Kof classique. Esquive, Dash, Guard Break avec A+B, mais aussi des feintes, Cancel Moves, une pléthore de coups spéciaux (en général deux sur deux niveaux de puissance, soit minimum quatre par personnage) ainsi qu'une légion de combos et bien entendu les Break Shot, comme dans Real Bout. Les deux autres nouveautés sont le Just Defended, qui consiste à bloquer un coup au dernier moment pour regagner un peu de vie, et à bénéficier d'un délai de recovery plus rapide; ainsi que le T.O.P System, qui permet de choisir un passage de la barre de santé pendant lequel le personnage pourra effectuer un coup spécial supplémentaire avec C+D, mais aussi voir ses coups augmenter de puissance. Les Reversal se voient complétés par les Guard Cancel, des coups qu'il faut placer dans un tempo bien précis qui permettent de passer outre la garde adverse, même avec des coups spéciaux. Juggles à foison, deux niveaux de saut, coups sur l'adversaire à terre, contre-choppes, et j'en passe... Garou: Mark of the Wolves est une mine de technicité. Progresser dans le jeu s'avère passionnant, maîtriser son personnage préféré peut prendre des semaines et les progrès accomplis procurent une grande satisfaction. Street Fighter III 3rd Strike quant à lui, reprend les bases des anciens épisodes (six boutons, trois niveaux de poing, trois niveaux de pied) en ajoutant toujours plus de combos, un timing plus fin, le choix du Super Special avant le combat, ainsi que le système Parry, qui est l'équivalent du Just Defended de Garou, mais la manipulation est inversée (avant ou bas ou moment de l'impact). En outre, des coups spéciaux "EX" peuvent être réalisés lorsque votre jauge de vie est basse, en appuyant sur deux boutons simultanément. Le jeu de SNK se montre ici un peu plus technique que son concurrent, mais il enfonce le clou sur le dynamisme et l'intensité des combats, un chouilla au-dessus de SF3.3.

GAROU................................ 98%

 STREET FIGHTER 3.3........ 95% 

CONCLUSION

SNK réalise une véritable prouesse technique avec Mark of the Wolves, tenant la dragée haute au meilleur jeu du CPS-III de Capcom. Graphiquement meilleur et proposant cinq personnages de plus, SFIII.3 malgré son léger avantage technique, s'incline sur des points cruciaux dans un jeu de baston: le rythme, l'intensité, la technique. Garou possède définitivement plus de personnalité, un système de jeu plus complexe et plus speed. Le souci du détail qui y a été alloué est tout simplement stupéfiant. Street Fighter III Third Strike s'incline dans ce duel haut de gamme, face au dernier bijou SNK de la grande époque.

GAROU

97%


STREET FIGHTER 3.3

96% 


Bannière bouton
Bannière bouton