Puzzle Bobble VS Emeraldia

 

Par Tibe

Click to read in english

La Neo Geo possède peu de jeux de réflexion dans sa ludothèque, mais force est de reconnaître que parmi ces quelques titres se trouvent de jolies pépites. Puzzle Bobble fait partie des plus célèbres d'entre eux: le soft estampillé Taito a fait parler de lui de par le monde depuis sa création en 1994, au travers de moult adaptations et d'innombrables suites. Aujourd'hui face à ce blockbuster, un jeu d'arcade quasi-inconnu signé Namco: Emeraldia. L'éditeur ne s'est pas vraiment rendu célèbre pour ce type de produit (mais plutôt par des monstres comme Pac-Man, Soulcalibur ou Ridge Racer), mais toujours est-il que celui-ci pointe le bout de son nez fin 93 dans les salles obscures. Le principe de l'un consiste à nettoyer l'écran de ses billes de couleurs en les agglutinant, alors que dans l'autre il faudra empiler des cubes pour les briser et s'en débarrasser, un peu à la Tetris.

GRAPHISME

Le Puzzle Bobble premier du nom semble particulièrement dépouillé et simpliste, mais soyons honnêtes, pour l'époque l'ensemble est propre et mignon. Les backgrounds des niveaux sont suffisamment variés et l'interface spartiate est néanmoins agréable. Emeraldia lui, est nettement plus coloré, avec ses gros blocs colorés chutant sur fonds d'océans et de palmiers, ainsi que ses personnages aquatiques mignons et attachants. Le tableau de jeu est convivial et l'ambiance s'avère quand même nettement moins austère que dans le jeu de Taito.

PUZZLE BOBBLE ......... 68%

 EMERALDIA .................. 74% 

ANIMATION

Nos deux rivaux sont pourvus d'une belle animation, même s'il l'on reste dans le registre simplissime de jeux de réflexion. Les explosions de billes ou de cubes sont tout aussi fluides les unes que les autres et les personnages des deux softs sont gratifiés de petites animations rigolotes. L'action est soutenue de part et d'autre, mais Emeraldia prend l'avantage grâce à ses tableaux plus vivants, ses petites scènes intermédiaires et les divers effets rencontrés au fil des niveaux, comme les déformations de l'océan et les zooms.

PUZZLE BOBBLE ......... 79%

  EMERALDIA ................. 82% 

BANDE SON

Les musiques de Puzzle Bobble sont mélodieuses, mais bon sang que c'est peu varié... Quatre thèmes se succèdent tous les quatre ou cinq stages, comportant la particularité de s'accélérer lorsque la situation devient critique (à la Street Fighter II!). Les bruitages sont peu nombreux mais en même temps, l'action ne l'exige pas vraiment. Le jeu de Namco n'est pas logé à une meilleure enseigne, mais les mélodies sont un poil plus travaillées et les bruitages plus variés. La Neo Geo s'incline sur la partie son, et cela arrive assez peu souvent pour être souligné!

PUZZLE BOBBLE ......... 64%

 EMERALDIA ................. 69% 

DUREE DE VIE

Emeraldia se compose de sept océans, décomposés en trente-quatre niveaux dans lesquels on doit libérer de zentilles bébètes aquatiques des briques qui les retiennent prisonnières. Le challenge est long et très difficile, et à moins que vous ne sortiez tout droit de Polytechnic School of London, je ne vois pas bien comment y arriver sans tricher. Le jeu est très difficile et ses principes de gameplay sont assez complexes, au point - à mon sens - de rebuter une majorité de joueurs. Le jeu à deux est amusant un moment, mais le soft montre assez vite ses limites. Puzzle Bobble joue sur la simplicité et le plaisir de jeu, et ses trente stages constituent un sacré challenge pour n'importe quel amateur de jeux de réflexion; en outre, son mode deux joueurs bien plus fun et intuitif que son concurrent lui confère une durée de vie quasi-infinie.

PUZZLE BOBBLE ......... 96%

 EMERALDIA ................. 80% 

GAMEPLAY

Puzzle Bobble repose sur des principes très simples: il s'agit de 'nettoyer' chaque tableau rempli de billes de couleur agglutinées. On est aux commandes d'une arbalète orientable, et l'on lance les billes qui arrivent aléatoirement. Mettre en contact au moins trois de même couleur les fait exploser, mais ce n'est pas tout: la loi de la gravité joue en notre faveur, et toutes les autres sphères suspendues à celles détruites tombent (réaction en chaîne). On peut également utiliser les murs pour faire des rebonds. A deux, il est possible d'envoyer des malus à son adversaire si l'on réussit des réactions en chaîne! Le jeu prend alors une dimension très fun et la compétition devient vite très prenante. Emeraldia offre une fenêtre de jeu de taille à peu près identique, mais dans celui-ci ce sont des blocs de trois cubes qui tombent du 'plafond'. Il existe jusqu'à cinq couleurs différentes, et il faut empiler ces blocs par couleur pour les détruire. La 'réaction en chaîne est ici aussi utilisée: lorsque les blocs disparaissent, ceux situés au-dessus chutent et s'ils sont de la bonne couleur, peuvent détruire d'autres blocs inférieurs. A deux, le même principe de pénalité à l'adversaire est employé, mais le gameplay est tellement plus compliqué et tellement moins intuitif que dans PB, qu'il est bien plus difficile de faire des plans dans sa façon de jouer: le 'fun' s'en ressent particulièrement! A côté de ça, le soft Namco inclut des armes spéciales et bonus, mais cela ne suffit pas à combler le fossé avec son rival.

PUZZLE BOBBLE ......... 95%

 EMERALDIA ................. 72% 

CONCLUSION

Emeraldia peut se targuer d'une belle réalisation, d'une ambiance sympa et d'une très bonne durée de vie, mais il lui manque l'essentiel pour gagner ce comparatif: un gameplay prenant et fun! Puzzle Bobble, même s'il est assez simple, se montre rapidement addictif pour le ou les joueurs. Les principes simples qui le composent et le plaisir ressenti dès les premières parties le propulsent parmi les jeux de réflexion les plus géniaux jamais créés.

PUZZLE BOBBLE

93%

 

EMERALDIA

77% 


Bannière bouton
Bannière bouton