Real Bout Fatal Fury VS Street Fighter Zero

 

Par Tibe

Click to read in english

Entre Super Street Fighter II et Street Fighter Zero, Capcom avait sorti l'ultime version de sa saga avec le fabuleux Super Street Fighter II X (Turbo), alors que SNK avait d'ores et déjà refondu totalement sa saga avec un Fatal Fury 3 très réussiOn aurait certes pu comparer ce nouveau Street Fighter Zero au sublime King of Fighters 96, mais ce n'eût pas été très fair-play et peu adéquat. Capcom a pris le risque de repartir à zéro (c'est le cas de le dire) avec cet épisode, et SNK en fait de même avec Real Bout. Et si Fatal Fury 3 avait d'ores et déjà complètement tranché avec Fatal Fury Special, ce nouvel opus est encore assez différent et novateur dans son gameplay. Les deux éditeurs repartent sur de nouvelles bases avec ces deux titres, voyons comment ils s'en sortent, et si ce renouveau surpasse leurs glorieuses pièces maîtresses du passé.

GRAPHISME

Fatal Fury 3 et Fatal Fury Special proposaient des dizaines de stages différents, à l'instar de Super Street Fighter II et du Turbo. On tombe de haut, avec un Street Fighter Zero incluant seulement six décors et Fatal Fury Real Bout seulement cinq! Par contre, ceux-ci sont de très belle taille (plus de trois écrans de large) et évolutifs: sur chaque stage, on combat à des heures différentes de la journée (matin, soir, nuit). Les décors sont détaillés et particulièrement colorés chez FF, beaux et pleins de relief pour SF. Chez ce dernier, certains arrière-plans sont un peu simplistes et manquent parfois de couleurs, malgré un coup de crayon remarquable. Les sprites sont bien dessinés de part et d'autre, ombres et relief étant très réussis. Nos deux adversaires font jeu égal, malgré leurs styles opposés.

REAL BOUT FF ........................... 90%

 STREET FIGHTER ZERO  ........... 90% 

ANIMATION

Street Fighter Zero propose une vitesse de jeu réglable (normal ou turbo) avec une décomposition de bon niveau et pas mal d'effets spectaculaires pendant les combats. Ceux de SSFIIx sont repris lors des furies, ainsi que le "dédoublement" des sprites des personnages lors de certaines attaques. Les décors sont un peu statiques, c'est dommage. Cependant le jeu est quasiment irréprochable, la fluidité est au rendez-vous et la vitesse élevée. Real Bout se montre un peu plus pêchu, moins raide et d'une fluidité égale. Plus violent au niveau des coups et un brin sanglant, le jeu de SNK enfonce le clou avec ses décors hyper vivants et interactifs, puisqu'ils sont destructibles!

REAL BOUT FF ........................... 93%

STREET FIGHTER ZERO  ........... 91% 

BANDE SON

Les musiques de Real Bout reprennent en grande partie celles de FF3, les thèmes les plus célèbres (Geese, Terry,etc) ont été réorchestrés depuis le Special et se montrent séduisants, alors que d'autres thèmes sont plus moyens. L'ensemble est bon, mais la transition est encore un peu balbutiante. Street Fighter Zero repart sur de nouvelles bases aussi: le jeu ayant intégré deux personnages de Final Fight, Guy et Sodom, il nous propose de très bonnes musiques remaniées de l'ancien hit de Capcom. Les protagonistes de Street Fighter II bénéficient de mélodies réorchestrées à la sauce électro-jazzy. Fatal Fury dispose d'un panel de bruitages et de digits vocales impressionnants et nettement plus complet que celui de son concurrent. La puissance des mégas fait parler la poudre! Le jeu de Capcom s'en sort très bien, mais reste un cran en-dessous de son adversaire à ce chapitre.

REAL BOUT FF ........................... 88%

 STREET FIGHTER ZERO  ........... 87% 

DUREE DE VIE

Street Fighter Zero a perdu une bonne partie du roster de son ancêtre Super Street Fighter II Turbo: de dix-sept personnages jouables on passe à seulement onze (dix de base + Akuma jouable grâce à un code). Il est intéressant de redécouvrir chaque personnage agrémenté de nouveaux coups et combos, mais cela reste assez restreint. De son côté, Real Bout propose seize combattants: on est loin de Kof 96 et ses vingt-neuf guerriers... mais c'est toutefois honorable pour une série qui reprend tout à zéro. Le titre de SNK s'avère plus difficile à finir que son rival, et le roster plus riche de cinq personnages creuse l'écart sur la durée de vie.

REAL BOUT FF ........................... 87%

 STREET FIGHTER ZERO  ........... 76% 

GAMEPLAY

Real Bout conserve trois plans de jeu, comme dans Fatal Fury 3. Ici, les plans latéraux ne servent qu'à esquiver, contourner l'adversaire ou bien s'intègrent dans une combo.  Le bouton D sert à passer d'un plan à l'autre, ou à frapper l'adversaire qui s'y trouve; on peut se relever en changeant de plan après une chute, ou se retourner lors d'un cross-up. Les trois autres boutons sont utilisés: poing, pied, coup puissant. Dash, esquive ainsi que block aérien sont de la partie, tout comme les reversal, counter et bien entendu les nombreuses combos. N'oublions pas les coups spéciaux et furies, disponibles sur deux niveaux de puissance. Dans chaque stage il est possible d'effectuer des 'ring out', c'est à dire projeter l'adversaire hors de la zone de combat pour remporter le round. Il est aussi possible de l'envoyer à travers l'écran lors d'un finish! Si le duel contre la machine se révèle pénible à cause de la difficulté excessive, le versus est particulièrement prenant et fun.  Notons aussi le système de notes à la fin de chaque round, sanctionnant votre performance. Chez Street Fighter Zero, on joue la carte de la sobriété. Dash, esquive, block aérien, counter et reversal sont également là. Le gameplay utilise toujours trois boutons pour les poings et trois pour les pieds. Chaque personnage dispose de furies assez simplistes en comparaison de celles de Real Bout, mais tout de même bien efficaces. Signalons que les hitbox ont gagné en précision et que le timing est un poil plus précis. Les coups spéciaux sont les mêmes qu'avant, alors que les combos sont nombreuses et se placent facilement. Les deux softs offrent une jauge de puissance, permettant de déclencher les furies lorsqu'elles sont remplies. SFZ fait bonne figure mais ne se mouille pas, alors que RBFF propose une tonne d'innovations et de bonnes idées, malgré une prise en main plus délicate.

REAL BOUT FF ........................... 92%

 STREET FIGHTER ZERO  ........... 90% 

CONCLUSION

Dans cette nouvelle vague de la baston 2D, SNK part avec une longueur d'avance sur Capcom. Non seulement The King of Fighters s'impose désormais comme la série phare du versus fighting, mais il apparaît ici que Fatal Fury a su mieux se renouveller que Street Fighter, très bon mais encore un peu léger avec ce nouvel épisode. Le jeu perd beaucoup au niveau de son roster et du nombre de décors, alors que la qualité de l'animation et des graphismes est en sensible hausse. Le gameplay est un poil plus précis et léché, mais apporte bien peu d'éléments depuis SSFIIx. Real Bout tranche très nettement avec Fatal Fury Special et bénéficie de quelques bonnes nouveautés -certaines sont apparues avec Fatal Fury 3 - dont un génial système de combos, un gameplay complet et fun, un roster correct et une réalisation réussie. 

REAL BOUT FF

89%


STREET FIGHTER ZERO

85% 


Bannière bouton
Bannière bouton